28.6.06

Au Hasard des Mots

- Le principal, c'est que j'adore conduire, poursuivit-il. Ça m'est égal quelle voiture. Du moment que je suis assis au volant et que je roule sur la route, je suis un homme heureux. Je ne peux imaginer une meilleure façon de gagner ma vie. Pense donc, être payé pour faire ce qu'on aime. Ça a presque pas l'air juste.

Alors que je me morfondais cette semaine de la piètre qualité de mon véhicule, je suis tombé sur ce passage à la fin de La Musique du Hasard, un roman de l'américain Paul Auster. Ça m'a presque reconcilié avec mon bazou que j'ai quand même réussi à échanger dès le lendemain matin. L'amour a toujours ses limites... ;-)

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

16 Comments:

Anonymous Den said...

Partages-tu son opinion? Conduire est-il le plus beau métier du monde pour toi aussi?

Je poses la question sans arrière-pensée: en tout cas c'est très utile pour nous car tes histoires sont très intéressantes!

Je dis ça parce que conduire, pour moi, est une des pires choses que je dois faire. Quand j'ai la chance, je n'hésite pas à laisser conduire ma copine et je reste volontiers du côté conducteur!

6/28/2006 7:57 AM  
Anonymous Anonyme said...

Je déteste conduire...mariée à un chauffeur de camion, j'étais heureuse lorsqu'on sortait. Maintenant, je vis avec quelqu'un qui n'a jamais eu de permis de conduire. Je dois donc me taper tous les trajets. Étant donne que je n'aime pas conduire, on ne va pas loin.

6/28/2006 10:18 AM  
Blogger Accent Grave said...

J'aime laisser els autres conduire, à la condition qu'ils ne soient aps stressés. les bons conducteurs sont rares.

Pour plusieurs, conduire procure une impression de liberté ou de contrôle (une fause impression d'après moi).

AG

6/28/2006 11:42 AM  
Blogger Loula la nomade said...

Bonjour Pierre-Léon,

Il y a des limites dis-tu:-)?
Accent grave, ce n'est pas une fausse impression, elle est bien réelle quand tu es tout(e) seul(e) pendant de longs trajets que t'écoutes de la bonne musique, que tu ne roules pas à 120kms , que tu aies le temps de penser tout en gardant un oeil sur la route. Conduire pour moi, du moins, est mon passeport vers une des libertés et surtout je ne dépends pas du bon vouloir des autres.

6/28/2006 11:51 AM  
Anonymous Anonyme said...

Je viens de terminer le même livre il y a deux semaines...quel hasard que je tombe sur ton blog. bon je retourne a tes lectures...

6/28/2006 1:14 PM  
Blogger AuRéUs said...

Moi j'aime bien conduire, par contre je deteste conduire dans le traffic ou quand il y a plein de monde. Ce que j'aime, c'est rouler (pas necessairement vite) mais comme sur l'autoroute sans arret, de facon constante, les fenetre ouverte...

et c'est vrai que ca amene une certaine liberté de mouvement.. on ne depend de personne, pas besoin d'attendre le bus ou autre.. on peut voir du pays

6/28/2006 1:53 PM  
Blogger Henri said...

C'est vrai que ça doit être bien, mais en même temps je crois qu'il faut être seul. Conduire sans épais sur le siège arrière qui te parle du temps qu'il fait, si c'est un véhicule loué, etc....

6/28/2006 3:33 PM  
Anonymous Annie said...

Pour ma part, j'ai toujours refusé de m'acheter une voiture à Montréal. Au Saguenay, c'était bien pratique, voire essentiel. Mais à Montréal, j'ai calculé que je pouvais me payer le taxi aller-retour (environ 20 $) presque tous les jours et que cela me coûtait encore moins cher qu'une voiture. Bref, l'été, quand il fait trop humide dans le métro, je prends le taxi avec plaisir, et je m'assois toujours devant. Les chauffeurs ont 1000 choses à raconter. J'ai aussi découvert de cette manière de la musique de partout dans le monde. J'ai même eu des rancarts !

6/28/2006 4:25 PM  
Blogger sAb|dou said...

Moi j'adore conduire. J'ai mon permis depuis pas très longtemps en fait, mais j'ai le sang d'un camionneur qui coule dans mes veines. Faut donc pas s'étonner si les longues distances j'aime ça.

Quand j'étais plus jeune, je partais l'été avec mon père durant ses voyages. C'est aussi lui qui m'a montré à conduire.

Aujourd'hui, j'aime conduire,peut importe où je vais SAUF, je dis bien sauf, le centre-ville de Montréal. Je déteste pour mourir.

J'y suis allée à quelques occasions et mon dieu que c'est pas du tout agréable. Il y a plein de voitures, des taxis (:oP)qui coupent à gauche et à droite en même temps, des piétons et des vélos... non merci.

6/29/2006 12:16 AM  
Anonymous Eliegen said...

Je me demande pourquoi, les gars particulièrement aiment tellement rouler pour aller nulle part, rouler. C'est quoi votre truc faire le vide, décanter, pourquoi ? À chaque fois que j'ai voulu faire le vide en conduisant, c'était pour aller quelque part où le ciel me semblait être plus joli. Y'avait une raison, FUIR, probablement. J'aime pas juste rouler pour rouler....

Mais toi, Monsieur le Taxi, tu vois des gens, tu rencontres,tu es le témoin de centaines de choses en conduisant. C'est la nuit, c'est différent. Tu dois te sentir hors d'atteinte, t'as l'impression d'être différent de la masse, d'être seul au monde parfois.

C'est pour ça que j'aime rester éveillée la nuit, parce que notre perception du monde change.

6/29/2006 1:27 AM  
Blogger Pierre-Leon said...

Ouaipe je partage l'opinion de ce mec et la principale raison pourquoi je me tape la nuit c'est que j'aime rouler. J'aime le mouvement, j'aime la vitesse. Parlez moi pas de trafic, de bouchon , de congestion, de détours, de travaux... Parlez moi pas de faire cette job de jour, faut que ça bouge!
Pis quand y'a un épais sua banquette arrière je clanche encore plus pour m'en débarasser ;-)
J'aime la conduite urbaine, l'autoroute je trouve ça plûtot suporifique. Dans le cadre du travail j'entends. Pendant les vacances je me mets dans la voie de gauche et je respecte la limite de 100 ;-))

T'as bien raison eligen, la nuit c'est comme un monde parallèle qui s'ouvre. Et même si Montréal ne dort presque jamais, y'a des moments dans la nuit où l'on a vraiment l'impression de ne faire qu'un avec elle... Un peu comme dans la toune des Red Hot Chili Peppers :

Sometimes I feel
Like I don't have a partner
Sometimes I feel
Like my only friend
Is the city I live in
The city of Angels
Lonely as I am
Together we cry

I drive on her streets
'Cause she's my companion
I walk through her hills
'Cause she knows who I am
(...)

6/29/2006 7:22 AM  
Anonymous Michel said...

J'aime conduire sur de longue et même très longue distance... J'ai déjà traversé l'Amérique du Nord, de Québec à San Diego (aller-retour) en prenant le temps de visiter ici et là. Il y a un grand sentiment de liberté de ne pas savoir où on sera le soir même, qu'est-ce qu'on va découvrir dans la journée, au hasard des rencontres...

On the road again !

Bon chemin !

6/29/2006 11:29 AM  
Anonymous Michel said...

J'aime conduire sur de longue et même très longue distance... J'ai déjà traversé l'Amérique du Nord, de Québec à San Diego (aller-retour) en prenant le temps de visiter ici et là. Il y a un grand sentiment de liberté de ne pas savoir où on sera le soir même, qu'est-ce qu'on va découvrir dans la journée, au hasard des rencontres...

On the road again !

Bon chemin !

6/29/2006 12:50 PM  
Anonymous Yan said...

Je vous en prie! Achetez vous tous un GPS, je vous le dis, avec ça, les vacances commencent dans la voiture!

J'ai un Garmin GPSMAP60C et quand je sors, j'ai presque hâte que ça finisse pour que je retourne conduire!

7/02/2006 5:14 PM  
Blogger drama said...

Je viens de découvrir ton blog et c'est bien sympa de voir toutes les anecdotes que peut récolter un chauffeur de taxi :)

Même si j'ai fait de longues études et que j'aimerai les rentabiliser, çà me dirait bien d'être chauffeur de taxi. J'adore conduire aussi ...

7/18/2006 11:49 AM  
Anonymous Mad Cabbie said...

Je me sens que j'obtiens payé juste au tour de joie. Je n'estime jamais que je vais travailler quand je me réveille du lit.

Mad Cabbie

9/19/2006 5:06 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home