26.10.06

L'Honorable

Je pense que je vais mettre une croix sur le calendrier !

Ça arrive régulièrement dans le cadre de mon travail d'avoir à mon bord des personnalités. Des gens de théâtre, de télé, des politiciens, des journalistes, des joueurs de hockey, des musiciens, des artistes, des gens connus quoi. Mais avoir comme client un ex premier-ministre du Québec... J'en suis encore tout ému !

Dans la soirée on me donne cet appel au 110, rue Atwater. Par expérience je sais pertinemment que cette adresse correspond au marché du même nom mais la répartitrice ajoute que les passagers m'attendent à la porte C. Je ne sais pas encore quel "switch" bizarre s'est fait dans ma tête mais je me dirige de l'autre côté de la rue au Super C. J'y reste une couple de minutes avant de réaliser que je ne suis même pas à la bonne adresse. Je rappelle la centrale pour vérifier ce qu'on m'a dit exactement et me dirige en vitesse de l'autre côté de l'avenue. Je croise une jeune femme qui m'indique que mes clients m'attendent sans doute derrière le marché où une assemblée du Parti Québécois vient de se terminer. Je la remercie et fais le tour mais la rue derrière le marché est à contre sens. Je fais donc une manoeuvre pour reculer le taxi vers une femme qui s'avance avec une valise. J'ouvre le coffre et sors pour l'aider quand s'approche lentement vers nous cet homme qui fait déjà partie de notre histoire collective. Il s'aide d'une canne et peine à avancer mais il a un sourire accroché au visage et discute avec des gens qui l'entourent. Ma cliente dépose alors sa valise et lui offre poliment de prendre sa place. Être arrivé ne serait-ce une minute plus tôt, je n'aurais pas fait ce brin de causette avec l'honorable Jacques Parizeau.

- Je suis honoré de vous avoir à bord de mon taxi monsieur Parizeau.

- Bien je vous remercie.

Bien sûr le personnage tient du monument, mais je me suis rapidement senti à l'aise à ses côtés. Comme j'étais en congé le week-end dernier j'ai pu entendre l'entrevue qu'il a donné dimanche matin à l'émission de Joël le Bigot et la conversation s'est engagée à ce propos. Elle s'est poursuivie simplement, sans prétention et d'égal à égal. J'ai senti que cet homme était d'une authenticité qu'aucune télé ou radio ne pouvait rendre. Quand il te parle, il te regarde droit dans les yeux et ce n'est pas un regard fuyant que j'avais dans mon rétroviseur. Il m'a posé des questions sur mon métier, moi sur le sien. Je lui ai demandé s'il croyait que l'Union des Forces Progressives allait faire mal au PQ. Il m'a parlé du RIN en 1966 qui avait empêché les libéraux d'être réélus. On a parlé de l'état des routes, de son état de santé.

- Vous savez à 76 ans on ne se déplace plus aussi rapidement!

- Bah! C'est surtout entre les deux oreilles que ça se passe, vous êtes loin de faire votre âge.

- Je ne le fait peut-être pas mais je le sens en maudit par exemple ! Ajouta-t-il en riant de bon coeur.

Une vraie bonne conversation. Intéressante et intéressée. À destination, j'ai éteint le véhicule et j'en ai fait le tour pour l'aider à en sortir. Il m'a serré la main et m'a demandé mon nom. Un geste et une rencontre que je vais garder en mémoire toute ma vie.

Bon ! Il est où mon calendrier là ?

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

16 Comments:

Anonymous Henri said...

Vous êtes très chanceux. Je suis jaloux :) C'est le genre de rencontre que j'aimerais faire. J'ai également écouté l'entrevue dimanche matin et j'en ai appris beaucoup sur notre histoire.

Oui, Parizeau est authentique. Il envoie un vent de fraîcheur dans un contexte où on est pris avec Charest et Boisclair.

10/26/2006 8:01 AM  
Anonymous Lisa Madore said...

Wow! Ca, c'est le genre d'évènement qui fait d enotre journée une raison supplémentaire d'aimer notre métier! (et dieu sait qu'on en n,a pas des tonnes à chaque jour!)

10/26/2006 9:03 AM  
Blogger Spat said...

Super rencontre...

Si tu ne trouves pas de calendrier, fait une croit au plafond, juste au-dessus de ton lit. Comme ca, chaque fois que tu te coucheras, tu aura se souvernir!

10/26/2006 9:25 AM  
Anonymous photosmax said...

Ça donne le goût de faire du Taxi !

10/26/2006 10:05 AM  
Anonymous pierre pouliot said...

Yt as tu donné un bon tip .
Moi j ai entendu dire qu il etait fesse-mathieu

10/26/2006 10:19 AM  
Anonymous bigdan said...

pierre-leon serait tu séparatiste par hasard?? ben on viens de le savoir

10/26/2006 11:31 AM  
Anonymous Raoul said...

"...j'ai éteint le véhicule et j'en ai fait le tour pour l'aider à en sortir. Il m'a serré la main et m'a demandé mon nom."

"Vous êtes Léon le taxi??? Je vous lis tous les jours!"

M'a allé voir sur son blog.
elysette.blogspot.com

10/26/2006 1:03 PM  
Blogger Num said...

Je sais qu'ils ne sont pas aussi populaires c'est temps-ci mais j'ai rencontré mme.Marois et m.Bouchard !!

Ce sont des souvenirs inoubliables !! Surtout quand c'est toi qui doit leur faire faire la visite...

Je suis resté surpris quand ils se sont mis à me poser des questions !!

Euuuhhh... me semble que ma vie ne méritait pas tant de curiosité à côté de la leur !!

Chanceux !!!

10/26/2006 6:38 PM  
Blogger Laurent Boutin said...

"Un geste et une rencontre que je vais garder en mémoire toute ma vie. "

Je te crois, je lui ai serré la main quand j,avais 4 ans, je m'en rappelle encore...

10/26/2006 7:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

Chanceux et heureux mortel que vous êtes. M. Parizeau est un être humain authentique, très intelligent; autre que Bernard Landry le pédant que j'ai eu le déshonneur de rencontrer.

10/26/2006 9:07 PM  
Anonymous Chameau volant said...

Il y a de ces rencontres que l'on oubliera jamais...

10/27/2006 9:13 AM  
Anonymous Marc Paquet said...

On croit souvent, à tort, que la plupart des "personnalités" sont des gens déconnectés et distants. J'ai eu la chance d'en croiser plusieurs depuis deux ans et ce sont souvent des gens ouverts et curieux qui prennent le temps de vous répondre et de vous mettre à l'aise. Je penses, entre autres, à Pierre Marcotte, Gilles Latulippe, Jean Béliveau. J'ai rencontré ce dernier par hasard le jour de ses 75 ans. Il a pris tout son temps pour nous jaser à moi et mon épouse. Quelle classe! Comme vous le dites M. Léon, ce sont des beaux souvenirs qui nous restent.

10/27/2006 10:49 AM  
Blogger Jean-François said...

Belle rencontre en effet. Chanceux que tu travailles à Montréal toi :-)

Je ne me souviens pas d'avoir rencontré du bon monde sur la Rive-Sud moi-même. Ah si! J'oubliais... M. Duceppe, du Bloc Québécois et son fils. Ça fait un bail mais combien gratifiante...

10/27/2006 3:41 PM  
Blogger Marie et Clo said...

Ma coloc et moi on lit votre blogue assez souvent et on trouve ça super bon. Étant de grandes consommatrices de taxi on a souvent l'habitude de se raconter nos ballades quand on apprécie bien un chauffeur. Je dis à ma coloc: Hey mon chauffeur hier y était vraiment fin... y était super articulé, on a parlé un peu, il m'a dit qu'il avait embarqué Jacques Parizeau dans son taxi. Ma coloc de me répliquer : Tu me niaises??? Sur le blogue d'un taxi la nuit, il dit qu'il a embarqué M. Parizeau!!!
On en revenait pas! Alors sans le savoir, je suis monté dans votre taxi jusque dans mon hochelaga mercredi soir vers 3h15 du matin... ce fût un honneur!

10/27/2006 6:53 PM  
Anonymous sm said...

Un jour les gens vont passer par dessus les excès de franchise de Parizeau à sa sortie, ils se renderont compte qu'il a été un grand premier ministre et il s'en ennuirons...

10/27/2006 10:19 PM  
Blogger Guill said...

Monsieur Parizeau est dans une classe à part parmi notre monde politique.

J'ai pu le croiser à quelques reprises, et il m'a toujours étonné par sa présence et sa façon de parler aux gens.

Décidement, la journée de son départ de l'assnat fut une journée noire pour le Québec.

Vous êtes bien chanceux d'avoir pu passer plusieurs minutes en tête à tête avec lui, par l'intermédiaire de votre rétroviseur!

10/28/2006 2:34 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home