1.3.07

Hier, j'ai croisé Satan !

J'étais pourtant tranquille, je ne cherchais pas d'histoire. Je déambulais sans but précis sur la rue Saint-Paul dans le Vieux-Montréal lorsqu'au coin de Saint-Sulpice, je vois de l'autre côté de la rue, deux énergumènes venant à ma rencontre. L'un d'eux lève le bras et m'indique de tourner vers le nord. Mais comme c'est sens unique, je les dépasse et stoppe le taxi de l'autre côté pour les attendre. L'homme au bras levé m'indique alors de laisser faire et les deux passent leur chemin. Je me retourne alors, un peu énervé de m'être arrêté pour rien quand je reconnais celui qui venait de croiser ma route.

C'était l'infâme Satan.

Quoi? Vous ne connaissez pas Satan Bélanger? C'est probablement le seul en ville à avoir une table tournante qui tourne à l'envers. Comme ça, il est le premier à entendre les messages démoniaques gravés sur les disques vinyles. C'est surtout une légende de l'underground musical québécois. Un personnage tellement allumé, qu'on se consume à s'en tenir trop proche. Un vrai de vrai poète rock. Lucien Francoeur à côté, c'est de la variété.

Je recule en trombe l'auto vers le duo, ouvre ma vitre côté passager et crie :

— Eille toé mon tabarnaque! T'es mieux de venir assire ton cul icitte pis ça presse!

Il se retourne, son oeil s'est injecté de sang (OK il fait noir, je ne vois pas du tout son oeil, mais bon, imaginons que...), il s'approche du taxi et je sens qu'il va m'envoyer chez le diable d'une phrase assassine lorsqu'il me reconnaît.

— Ah ben Christ... Léon!
— Salut, mon Bruno, ça fait une paye!

C'est toujours particulier ce moment où on revoit quelqu'un après plusieurs années. Ce n’est pas juste la face de l'autre qu'on voit, mais tous les souvenirs, les délires qui s'y rattachent. J'ai eu la chance de travailler avec Satan (alias Bruno Tanguay) quelques années à la folle époque de l'étiquette de disque Tir Groupé. L'honneur aussi de revirer une couple de brosses mémorables en sa compagnie lors de toute sorte de concerts les plus débiles et bruyants les uns que les autres.

Il fait signe à son comparse, ils embarquent et ça ne prend pas deux secondes pour que les anecdotes et les souvenirs déboulent.

— Te souviens-tu de la fois que...
— Du show des...
— T'as des nouvelles de chose là...
— J'me souviendrai toujours quand t'as...

Le chum assis derrière n’en revient pas, il rit de bon coeur de nous entendre raconter nos histoires.

— T'as le temps de venir prendre une bière? Me demande Satan à destination.

— Hell Yeah !

En montant m'est revenu le souvenir de son emménagement en ces lieux. Une journée incroyablement chaude de juillet 1992. Une des pires de ma vie. Car voyez-vous Monsieur Satan n'a pas seulement une table tournante avec une "renverse", il a aussi une petite collection de 20 000 disques vinyles. Je vous laisse imaginer maintenant combien ça fait de tonnes de plastique... Je raconte ce calvaire en montant les marches de l'appart, quand Bruno me dit:

— C'est drôle que tu racontes ça pis ça adonne bien...

— Comment ça?

— Je redéménage demain!

—...

— Le timing est bon

— No way! Bruno! No fucking way! J't'aiderai pas à redéménager tes disques, c'est pas vrai!

— Hahaha ! T'inquiètes pas j'ai donné ça à des déménageurs.

— Les pauvres! Ah! Les pauvres...

J'ai passé une grosse heure dans l'antre de Satan à jaser du bon vieux temps en compagnie de son acolyte Mister Ludwig Wax du groupe Le Nombre. La musique tournait, les anecdotes aussi et ce hasard qu'on se croise encore une fois autour de cette centaine de boîtes remplies de 33 tours. Des milliers d'albums, des millions de sillons...

Et la vie qui continue aussi de tourner. Encore et toujours...

Salut Satan! Bon déménagement! (sans moi! ;-)

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

22 Comments:

Anonymous bouillargues said...

Cela fait plusieurs fois (au moins une bonne vingtaine) que j'atterris (avec délices) sur votre blogue (doit y avoir un truc !). Je me régale tj autant avec vos articles et surtout avec les photos !
Bravo et continuez à nous régaler !

3/01/2007 8:26 AM  
Anonymous eveChat said...

C’est cruel de brasser de vieux souvenirs comme ça. Cela va me rendre nostalgique.
Quelques jours avant ma fête ....

J'avais un vinyle des Biberons mais les entendre comme ça.

merci, Léon ...
tout de même

maudit que je m’en viens vieille.

3/01/2007 9:44 AM  
Blogger crocomickey said...

Salut Léon,

C'est drôle, me semble que ça te va bien la compagnie de Satan et ses corollaires... J'ai bien aimé (voir adoré)la comparaison avec le gars des variétés qui se prend pour Rimbaud.Quoique je me roulais par terre quand il clamait "C'est moué l'freak de Montréal"

Faudrait pas que tu repartes sur une galère avec Satan le 15 mars parce que le lendemain, ça serait pas drôle pantoutte ! :-)

3/01/2007 10:53 AM  
Blogger .:J3SS3:. said...

Hehe! Bruno c'est un vrai.

Je me rapelle d'un show des "Young Gods" au petits Champlain à Québec.

La crowd était un peu coincé, l'ambiance plutôt froide. C'est pas comme ça que Satan avait envisagé passer sa soirée.

Pendu à la mezzanine, une bière dans une main, l'autre s'aggripant à la ballustrade, Bruno s'est chargé de réchauffer la frigide assistance en gueulant à tue-tête.

C'est l'image du personnage qui s'est gravée dans ma petite tête d'ado ce soir là.

3/01/2007 11:36 AM  
Blogger Spirale said...

Des gens comme des vinyles que l'on oublie sur le coin d'une table et qui disparaissent quelques temps. Jusqu'à ces rencontres improbables...

3/01/2007 11:52 AM  
Anonymous nina said...

les belles retrouvailles!

3/01/2007 12:39 PM  
Anonymous Anonyme said...

Tiens tiens! Satan Bélanger! Je me souviens d'un CD qu'on avait à la radio étudiante. Me semble que le titre était Attaboy on meurt.

Ça brasse d'autres souvenirs dans mon coin =)

3/01/2007 1:41 PM  
Blogger precimonisme said...

Il n'y a que ce SATANé souvenir qui arrive à confirmer la réalité d'une existence. [Robert Blondin]

On trouve de ces citations des fois!

Après Dieu...le Diable...
voici Satan, au coin de SAINT-paul et SAINT-sulpice, quel hasard mystique!

3/01/2007 4:54 PM  
Blogger Francis said...

Wow belle rencontre improvisée !!

3/02/2007 6:33 AM  
Anonymous Bugs said...

Super rencontre il semble! En passant, s'il y a des milliers de vinyles, il n'y aura pas des millions de sillons, il y en aura juste deux fois plus que le nombre de vinyles...
...je sais, je sais.... haha!

3/02/2007 9:00 AM  
Blogger Michel said...

Désolé de dégonfler votre balloune mais,

Histoire d'être pointilleux, il n'y a qu'un sillon par coté de disque. Ce qui donne un total de 40 000 sillons et non des millions.

Amitié

Michel

3/02/2007 10:27 AM  
Anonymous Anonyme said...

J'te l'accorde Michel...t'as ben raison! heheheee


Pierre-Leon...j'connais quelques Satans mais, pas celui-la...excellente histoire!

Nofie

3/02/2007 3:13 PM  
Blogger L-P said...

Vraiment cool ca!

3/02/2007 7:01 PM  
Anonymous Anonyme said...

Je me rappelle de lui, du temps où il avait un magasin de disques, à Québec, rue St-Jean dans le faubourg, qui s'appelait Vinyl. J'ai même une cassette de lui dont la pochette est faite maison par lui, du collage très "Bruno" que je ressors de temps en temps, pour les amis qui, comme moi, ont fréquenté le Shoeclack, là où j'ai acheté cette cassette à Bruno. Il était irrésistible.

Djo

3/02/2007 11:08 PM  
Blogger johanne said...

aye... pierre leon... tu m'as faire rire la...j'etais pu capable d'arreter...excellent timing!!!

3/02/2007 11:46 PM  
Blogger Pierre-Leon said...

Ah shit! Ben là chus fourré! Ben oui un disque n'a bien qu'un sillon de chaque bord!

Va falloir que je me retape la chute... On ne se débarrasse pas de Satan comme ça! ;-)

3/03/2007 6:01 AM  
Blogger Michel said...

M. Pierre Léon,

Pour vous faire pardonner vous me ferez une dédicace spécial au lancement de votre livre (héhéhé). Je vais y être, mais pas avant 18hrs (j'espère que je ne manquerais pas trop de choses).

Michel

3/03/2007 3:21 PM  
Blogger Marc-Alex said...

Voilà qui prouve une fois de plus que le monde est petit et que les rencontres hasardeuses sont souvent les plus colorées.

3/05/2007 1:03 PM  
Anonymous JoL said...

Bonjour Léon,

Je viens de temps en temps m'évader sur vos pages... enfin, quand la connexion internet m'est possible puisque je dois être une des dernières habitantes d'un pays dit "développé" (discutable!) a ne pas posséder de satané ordinateur!

Je profite d'en avoir un sous la main (ou plutôt, sous les yeux), pour vous féliciter... vous avez une manière de décrire les choses qui nous emmène avec vous, dans votre taxi, sur le siège arrière... regarder de temps en temps dans le rétroviseur, des fois que j'y serai :o)

Et puis je lis dans les commentaires que vous connaissez les "Young Gods"? Mais est-ce bien ce groupe suisse qui joue du rock? Si c'est le cas, je suis très fières de mes compatriotes... et si c'est le cas, nous avons également des "amis" en commun... Que le monde est petit, surtout d'un écran à l'autre...

Bonne continuation et à bientôt dans votre taxi... et puisque "les amis des amis sont nos amis", peut-être n'enclencherez vous pas votre taximètre :o)

JoL... perdue mais heureuse, dans un petit coin de Suisse...

3/22/2007 8:50 AM  
Anonymous satan belanger said...

salut leon,
je suis toujours la.

5/01/2007 8:19 AM  
Anonymous Anonyme said...

Agréable lecture.

Je viens de passer par le site de , dommage mais c'est rendu assez hardcore (et je ne parle du style musical).

6/21/2011 10:47 PM  
Blogger Mathieu Trudel said...

Tu devrais enlever le lien "Satan Bélanger", cars il nous emporte maintenant à un site "porno asiatique"......

10/01/2011 11:39 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home