17.9.07

12 heures et quelques sur Terre

16 h 15 — J'ouvre les yeux et sais déjà que je suis en retard. Mon réveil n'a pas sonné ou je ne l'ai pas entendu. Ça arrive. Je me lève, m'habille et m'en vais en catastrophe.

16 h 35 — Sur la route du métro, je réalise que le temps s'est rafraîchi depuis la veille. Je sens aussi qu'il y a de l'orage dans l'air. Que du bon pour un chauffeur de taxi. D'une vitre d'auto qui attend à la lumière, j'entends une toune d'AC-DC, You shook me all night long... Yeah Baby!

16 h 45 — Comme si je n'étais pas déjà assez en retard, le métro roule au ralenti. La ligne verte est stoppée entre Lionel-Groulx et Angrignon et sur celle où je suis, l'orange, un frein à main a été activé. Ça roule sué brakes... La fille assise à côté de moi pousse des soupirs exaspérés. Comme si ça aidait à accélérer les choses.

17 h 10 — J'arrive enfin au métro Beaubien et marche rapidement vers la rue Casgrain où se trouve le garage. Dans l'air plane une odeur de café qu'on est en train de brûler.
Je ne peux faire autrement que de me diriger directement vers cette odeur, au Grain d'or au coin d'Alma. J'me commande un double bien serré et reprends ma marche vers le garage.

17 h 16 — Je paye ma location et le patron me demande d'amener le taxi à l'intérieur. Selon le chauffeur de jour il y a un problème avec un des phares. Le mécano n'a pas demandé son reste, c'est le début du ramadan et est parti plus tôt attendre chez lui le coucher du soleil. Le temps de fixer le phare et de vérifier les fluides, j'entame ma nuit. Je remets le compteur à zéro. Il est cinq heures et demie et mon café déjà fini.

17 h 40 — L'heure de pointe bat son plein et je tente de trouver un moyen de ne pas rester pris dans un bouchon. Sur Rachel près de Berri, une jeune femme aux jolies taches de rousseur lève le bras, mais elle a sur le visage un tel sourire que je regarde derrière moi pour être sûr que c'est bien a moi qu'il s'adresse. Une fois à bord je lui fais part de cette observation et on se met à discuter de l'effet contagieux du sourire sur les gens qui nous entourent. Elle s'en va chercher son kid à la garderie et est en retard. Avec le sourire qu'elle m'a fait, je suis presque prêt à traverser carrément dans le parc Lafontaine pour l'amener au coin de Fullum et de Rouen. J'y arrive après quelques écarts au code de la route. Elle est contente, je suis ravi, la soirée commence bien.

18 h — Dans le Vieux-Montréal, sur Saint-Paul juste à l'ouest de la Place Jacques-Cartier, un homme au crâne rasé a le bras dans les airs. Je m'arrête à ses côtés et il m'indique de la main quelques valises sur le trottoir. J'éteins le moteur ouvre le coffre et vais l'aider. Ça ressemble à un Dorval. Finalement, il y a beaucoup plus de bagages que je pensais, ils sont trois, ils ne parlent pas français, à peine l'anglais, ils viennent de Mexico City et s'en vont plutôt à Saint-Léonard. Avec le trafic du vendredi, la course va être assez longue. Je tente de les rassurer en leur montrant l'itinéraire à l'aide de mon livre de rues. Le gars à côté de moi traduit en espagnol ce que je lui raconte en anglais. Notre connaissance limitée de la langue de l'autre, nous oblige à communiquer avec une autre langue.

18 h 47 — Je reviens vers le centre en bayant aux corneilles. La nuit va être longue... J'ai dans la tête un retour à l'appart' question de me faire un petit quelque chose à bouffer, mais surtout me faire un café bien épais qui va me sortir de cette torpeur. En évitant le plus possible les lumières, je me ramasse tranquillement pas vite au coin de Beaubien et Saint-Hubert derrière quelques véhicules stoppés au feu. Je me tourne vers ma gauche et j'aperçois Normand Brathwaite en train de jaser sur son cellulaire. Il doit être en train de préparer l'émission Belle et Bum au théâtre à côté. Me vient en tête la fois où j'ai failli lui passer dessus. Mais c'est une autre histoire...

18 h 49 — En tournant sur Chateaubriand je vois mon prochain client. Il s'en va dans Westmount, ça adonne bien ça me rapproche de mon café. Sur le viaduc Van Horne, une grosse boule orange descend lentement derrière l'horizon. Du coq à l'âne, le gars me raconte son passé de danseur nu, de dope, de débauche et je ne peux m'empêcher de penser quand je le dépose devant une piaule de richard que son passé n'a pas l'air tout à fait révolu.

19 h 11 — Je descends la côte et je m'arrête chez moi me faire une mélasse caféinée qui va me tenir alerte pour un laps. Je me fais quelques toasts et me mange une mangue mûre.

19 h 32 — Je suis back in ze cab. Sur Espace Musique y'a Round Midnight (un de mes standards de prédilection) qui joue. Je vais au guichet déposer quelques «bidous» pour me rendre compte que j'ai oublié mon thermos de café sur la «paintry»... Doh!

19 h 41 — De retour pour mon remède, je croise la voisine du bloc d'à côté qui cherche ses clefs. Son sourire valait le détour. On se salue et je reprends la route. Je résiste d'aller m'installer au poste 74 et monte la côte pour me taper une «vendredienne» Catherine.

19 h 49 — Birdland de Zawinul - Qu'il repose en paix- dans mes oreilles, je passe devant le Spectrum - Qu'il repose en paix- toujours sans main qui se lève. Ça ne m’embête pas, je sirote mon noir truc et observe mes contemporains consommer.

19 h 52 — Je donne une piasse à un quêteux au coin de Saint-Hubert et poursuis ma ligne droite vers l'est. Je vais me la taper jusqu'au bout. Dans Hochelaga, les filles sont déjà sur les trottoirs. Ça sort tôt chez les prolos. Je réalise que ce soir y'a Genesis au stade. Je tourne sur Viau et monte jusqu'à Pierre de Coubertin pour voir de ce qui en retourne. Je n'y retournerai pas. Je reviens vers l'ouest en écoutant Macadam Tribus. Me rappelle mes belles années à CIBL où déjà, Phillipe Laguë au Buzz Show nous hurlait de l'Amédée Brisebois dans les oreilles. De beaux moments de radio. Je vais revenir allège jusqu'à mon point de départ. À voir l'attitude agressive des autres «cabbies», c'est l'heure creuse...

20 h 37 — De retour au 74 (Atwater et Notre-Dame).

20 h 39 — Évidemment après presque une heure à rouler dans le vide, ça me prend deux minutes sur le poste pour partir avec un client qui a commencé à boire bien avant que je commence ma soirée. Il s'en va à Verdun. Il sent le fin fond de la tonne, mais ne vomit pas dans mon char et me «tipe» à la fin.

20 h 49 — Maille à partir avec un «touriste» dans le tunnel Atwater.

20 h 54 — de retour sur le 74. Une BMW immatriculée dans l'état de N-Y se parque devant moi et un type d'origine indienne vient me demander un renseignement. Il s'adresse à moi dans un français impeccable. Je suis raisonnablement accommodant.

21 h 05 — Appel. Une adresse à Pointe-Saint-Charles. Un couple gai qui s'en va dans un bar Karaoké sur MacKay. Vite fait bien fait. Neuf piasses.

21 h 15 — En direction vers le 74, j'embarque deux jeunes d'origine pakistanaise qui à l'accent, sont probablement nés ici. Ils se la jouent «gangsta», mais sont bien gentils. Aller-retour Verdun-Petite-Bourgogne. Petite commande de dope. Rien de pas ordinaire pour un vendredi souère...

21 h 33 — De retour au 74. Le taxi en avant de moi quitte avec un « pick-up». Je vide mon thermos et sens que le café commence à couler dans mes veines. J'écoute mon répartiteur et la miouse en regardant les gens qui passent.

21 h 38 — Une jolie fille avec des jambes qui n'en finissent plus passe. Je lui souris. Pas elle. Je ne le prends pas personnel.

21 h 39 — Appel au coin de Charlevoix et Saint-Patrick au garage en face de la taverne chez Magnan. Pas de client, essaye en vain de rejoindre le répartiteur pour mon « no load». Ça niaise...

21 h 48 — De retour au poste. Attente.

21 h 53 — On annonce qu'un confrère vient de se faire voler son char. D'où les délais, d'où les « no-loads», d"où l'attente...

22 h 00 — Appel sur de Courcelles à l'autre bout de Saint-Henri. Un autre «No-Load». Grrr.

22 h 10 — Appel sur Sainte-Marguerite. Deux femmes, un homme. S'en vont dans le centre-ville. Une belle blonde trop parfumée s'assoit à mes côtés. Elle est un peu saoule et me cruise pour tester ses charmes pour le reste de la soirée. Pas désagréable. Bien éphémère cette petite mère.

22 h 26 — Je prends un appel du centre-ville. Je ne pensais pas l'avoir, mais je dois m'en aller jusqu'au bout de Saint-Henri sur la rue Sainte-Clothilde. Je vais devoir clancher pour m'y rendre dans les délais. Ce que je fais presque dangereusement. Sur place un « confrère» rôde déjà autour, mais les clients sont toujours là. Je reclanche presque dangereusement vers l'est sur l'autoroute. Ils s'en vont au Medley où il y a un «tribute» Metallica. Je fais ça vitesse grand V. Le pourboire est ben d'adon. Je veux revenir vers l'ouest, mais la ville se vide et on a bloqué le tunnel Ville-Marie. Christ de bonne idée (...) De peine et de misère, je reviens frustré vers un poste rempli à capacité. Qu'à cela ne tienne, je retourne chez moi me faire un autre café et me bouffer quelques sardines avec une salade de couscous. Vive les plats préparés!

11 h 11 — Quelqu'une pense à moi...

23 h 28 — De retour dans mon taxi. De retour au 74.

23 h 45 — Pick-up. Deux jeunes «latin lovers» pour le bar Tribe sur Saint-Jacques près de McGill.

23 h 53 — De retour vers le 74, pick-up au coin de Vinet et Notre-Dame. Un homme avec un drôle de chapeau et un drôle d'accent irlandais veut que je l'amène sur Charlevoix. Je l'amène dans un secteur qui est en travaux depuis une grosse année. On en rigole quand je lui dis que ça ressemble à Belfast. Je me demande quelques instants si je n'ai pas affaire avec un Leprechaun quand il me double la course avec son pourboire. De là, je vais m'installer au 76 au coin de Charlevoix et Centre. À minuit pile, les premiers grains de pluie se mettent à tomber. Ça annonce une fin de nuit des plus occupées...

00 h 01 — Appel sur de la Poudrière à Verdun. Quatre filles en feu m'y attendent. Se sont donné de la peine pour briser plein de petits coeurs cette nuit sur Saint-Laurent en haut de Sherbrooke. Celle à mes côtés me coupe le souffle. Une blonde médecin d'une beauté à peine plus grande que sa gentillesse. Je pourrais m'arrêter ici. Ma nuit serait bonne. Mais la pluie tombe dru. Faut que je continue.

00 h 21 — En reprise sur Christiane Charette, mon pote Vézina is nothing but a Black Dog. Asphalte et Vodka en Slam. Ça sonne bien dans mes oreilles.

00 h 24 — Quartier Latin. Mouille à boire debout. J'embarque un couple qui veut aller se coucher sur le Plateau. En montant le long de l'avenue du Parc Lafontaine, je vois devant moi deux véhicules stoppés et des mecs sur la voie en train de se bagarrer. Un cas typique de «road-rage» du vendredi soir. Je clanche sans ralentir en klaxonnant et en «flashant» mes hautes. Rien de tel pour mettre fin à une bataille que je dis à mes passagers estomaqués.

00 h 32 — Sur le poste 16 (Mentana et Rachel) Deux mecs et une fille parlent de linge jusqu'aux anciennes usines Angus. La pluie s'intensifie. J'essaye de me concentrer un peu plus sur la route que sur mes notes. Mon air conditionné commence à faire des siennes. Me viennent dans les narines des odeurs de fréon. J'me demande si le taxi va toffer la run.

00 h 51 — Alors que je m'interroge sur l'état de mon véhicule, j'arrive au coin de Mont-Royal et Papineau où deux grandes filles me hèlent. Je m'halte... Elles jasent de Berlin, Paris, Moscou, New York... À voir leur teint pâle et leur maigreur, je devine qu'elles sont mannequins. On discute dans un temps des taxis de Moscou jusqu'à Rosemont et de ceux de New York jusqu'à Outremont dans un second. Malgré la pluie, je roule les fenêtres ouvertes. Déjà, j'ai mal à la tête.

01 h 11 — Je m'installe au 17 (Laurier en face du métro) pour relaxer un brin.

01 h 13 — Un beau brun veut que je l'amène au Tabasco-bar sur Lacombe. J'ai comme l'impression qu'il n’y niaisera pas longtemps. Je ne dis rien de la course. Dans ma tête, je suis toujours en pause. Lui pense déjà en bas de la ceinture. Sur place, un autre « player» m'attend sur le trottoir. Je repars de là en jasant de filles faciles jusqu'à celle qu'il va rejoindre sur côte Saint-Luc. Coup double. La clim continue de faire du bruit et d'émettre ses odeurs toxiques dans le taxi. Songe toujours à parquer le taxi pour le reste de la nuit quand je vois un autre bras dans les airs.

01 h 35 — Queen-Mary et Côte-des-Neiges jusqu'à de la Savane via Victoria. Un joli couple mixte se roule des pelles tout du long. Va faire de beaux enfants... Reviens ensuite vers le centre-ville en clanchant sur Décarie. Je m'aère les sens, toutes fenêtres ouvertes, plein gaz.

02 h 00 — Party de début de session à l'ÉTS (Notre-Dame et Peel) J'embarque un énergumène éthyliquement atteint jusqu'à Ville-Émard Blues Band. C'est un ingénieur en fibre optique, mais il ne voit plus grand-chose. Je lui fais quand même la course à grande vitesse. Question qu'il arrive chez lui avant de vomir.

02 h 15 — Retour en haute vitesse jusqu'à l'ÉTS (je flaire le filon) où j'embarque trois personnes qui s'en vont se finir sur Saint-Antoine dans Saint-Henri. Le rythme s'accélère. On y est en moins de deux. Sur place, un type veut que je l'amène sur la «Main». Il est fin saoul et veut être ami avec moi. Le temps que je le jauge un peu, je fais comme si c'était mon meilleur chum et je lui dis ce qu'il veut entendre. Au bout de la course, je suis son gourou, il me donne 5 piasses de pourboire et va vomir ailleurs.

02 h 40 — Devant moi, sur un boulevard Saint-Laurent en chantier, trois personnes sortent du taxi qui rallume son dôme. Ils viennent vers moi et me demandent si je vais sur la rive-sud. Why not. Le gars qui s'assoit devant à mes côtés à tout du bon gars qui va coucher avec ni l'une, ni l'autre, mais qui va payer pareil. Ils se sont finis sur la « main» après avoir vu Genesis dans une loge au stade. « C'était tu bon?» Demande-je? Ils n'ont rien vu trop occupé à se faire des shooters. De toute façon, je vais en dropper un icitte et l'autre là avant d'aller reconduire la dernière à Saint-Lambert.

03 h 02 — Je suis de retour sur mon territoire de chasse en pleine fermeture des bars. À peine de retour sur l'île, j'embarque sur McGill un type qui s'en va à la pointe. Tout va vite, me souvient pas de grand-chose, plus le temps de prendre mes notes. J'sais juste que j'y retourne et...

03 h 08 — McGill- Pointe-Saint-Charles. Un autre coup double.

03 h 15 — McGill et Saint-Jacques. Quatre «peutounes » avinées se lancent carrément sur mon véhicule. Il pleut toujours mais l'attroupement de mecs autour d'elles semble être le plus grand de leurs soucis. Elles me remercient presque d'être arrivé à leur secours. Quatre filles de Toronto en goguette qui veulent aller se coucher dans leur Hollyday Inn du Centre-Ville.

03 h 30 — En descendant sur de Bleury, deux gros gars pas rapport pour Saint-Lambert... Hey! C'est mon soir de coups doubles! Leur silence me dit que je roule vraiment trop vite. Ça adonne bien, je n'ai plus envie de jaser.


03 h 55 — De retour dans l'ouest du vieux. J'embarque un black sur Saint-François Xavier. Devant nous une fille a le bras dans les airs. La pluie tombe toujours, je regarde mon client, sans qu'on en discute vraiment, on s'arrête à côté de la fille qui ne se fait pas prier pour monter à son tour. Je les laisse se cruiser un brin. Je les écoute et ce n'est pas long que les six degrés de séparation soient réduits à deux. Montréal est petit, mais jamais platte que je dis à la fille après avoir déposé le type. Un autre coup genre de coup double. Je commence à avoir ma dose. Je la dépose sur Saint-Denis. Devant moi m'attend une grande gothique toute de noir vêtue,

04 h 15 — La fille prend son temps pour entrer dans le taxi en prenant soin de s'asseoir avant de replier son parapluie. À la voir, j'ai l'impression qu'elle a peur que le kilo de noir qu'elle s'est mis sous les yeux se mette à couler. Elle se la joue précieuse et à prendre avec des pincettes. Je n'ai pas besoin de jouer au chauffeur fatigué qui n'a plus le goût de jaser. La radio dans la folie de la nuit s'est ramassée à couleur Jazz qui pour l'heure joue des versions « ascenseurs» de tubes populaires. Je ne touche à rien et me tais foutant une espèce de malaise intense auprès de l'adepte de Marylin Manson à mon bord. C'est assez amusant de la voir se tortiller sur son siège jusqu'à Hamstead.

04 h 30 — De retour au garage pour payer le taxi que je vais garder pour le reste de la fin de semaine. En roulant, la climatisation semble s'être trouvé une raison d'être et je n'ai pas envie d'attendre le métro pour revenir m'effondrer.

04 h 39 — Je retraverse la ville jusqu'à chez moi. Dans les rues, que des taxis en quête d'attardés. La nuit est bel et bien finie. Sur CHOM Metallica joue Nothing Else Matter. Je monte le son en redescendant dans le bas de la ville.

Never opened myself this way
Life is ours, we live it our way
All these words I don't just say

Trust I seek and I find in you
Every day for us, something new
Open mind for a different view
and nothing else matters...

04 h 48 — Je fais le vide et fais le plein au Pétro-Can, Guy et Notre-Dame. Échange quelques mots avec un confrère africain.

05 h 03 — De retour à l'appart. 169.7 miles au compteur. Une autre nuit qui s'achève. 12 heures et quelques sur Terre...

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

24 Comments:

Blogger anita said...

6h22, heure de Montreal, tu postes et vas te coucher.
Peu après, de l'autre coté de l'océan, je prend ma pause et lis ta prose. Un très beau post.
Je repartirais vers mes passagers, avec les tiens en arrière fond.
des bises.

9/17/2007 7:01 AM  
Blogger Mlle said...

6:20 Hrs : je peine à me lever, pourtant c'est mon premier jour de vacances...je monte donner à dejeuner a scotti mon chaton, j'ouvre mon portable sur la table de la cuisine.
Je me fais du café bien corsé. Pour le gout. Pour le nez.
Je cherche un endroit où me webisoler..Rapidement je choisi : Pierre Leon, celui qui me fais faire la paix avec les chauffeur de taxi.

6:32hrs: je fais mon premier café et j'entre dans le vrai monde d'ici (je suis d'ailleurs)

6:53 je me leve chercher un autre café apres avoir tout bu, tout lu , les deux avec delice.

Bonne journée, merci Pierre Leon

9/17/2007 7:03 AM  
Blogger Etudiant alpha said...

Je me suis fait refuser par 2 chauffeurs devant l'ETS ce soir là! Portes vérouillées, visages de vieux délavés. C'étais la première fois que deux chauffeurs un à la suite de l'autre refusait de me prendre. Sous la pluie, quelle merde.

9/17/2007 7:59 AM  
Blogger S@hée said...

Merci P-L pour cette nuit à tes côtés.

9/17/2007 8:35 AM  
Anonymous Patdebois said...

Du Pierre-Léon à son meilleur! Merci buddy!

9/17/2007 9:34 AM  
Anonymous ficelle said...

Merci Pierre-Léon,
J'ai bien aimé passé la nuit à tes côtés, hihihi !
Non, mais sans farce, ton métier est fait d'imprévu.
Jamais une nuit ne ressemble à une autre.

9/17/2007 10:26 AM  
Blogger La p'tite semaine said...

Tu viens de me replonger dans ma petite enfance avec ta "pantry". Ma mère utilisait toujours ce mot pour désigner le comptoir. Ce n'est que récemment que j'ai su que ça voulait dire garde-manger. (Nos mères devaient venir du même coin;)

9/17/2007 10:52 AM  
Blogger crocomickey said...

Je t'envoie un bon pourboire ... virtuel. Quelle belle ride !

9/17/2007 2:33 PM  
Blogger François / François said...

Fascinant post. Quel modèle, le taxi?

9/17/2007 9:14 PM  
Blogger Joc said...

Je vien de te découvrire!
Vraiment le fun à lire c'est certain que je vais repasser et je t'invite aussi à passer me voir.
Joc

9/17/2007 10:58 PM  
Anonymous djee said...

Wow, quel long billet comme je les aime de ta part. Très intéressant. On risque peut-être de se croiser un jour puisque j'habite près du 74.

9/17/2007 11:01 PM  
Blogger Willis said...

"pantry": ... je croyais que c'était un comptoir...

9/17/2007 11:47 PM  
Blogger Aurélien said...

tu es toujours aussi interessant a lire. C'est la premiere fois que je fais un commentaire mais je te lis depuis au moins 6 mois. Tu sembles bien aimer le bon café, je travail dans un bon café dans ton secteur et sa me ferait plaisir de t'offrir un café un de ses jours, a mes frais bien sur. Je sais pas si tu connais le Lili&Oli a 2 portes du Dilalo mais tu y es grandement le bienvenu si un excellent double expresso italien t'interesse!

9/18/2007 4:56 AM  
Blogger En direct des îles said...

L'un se couche, l'autre se lève.
De 12 heures en 12 heures, d'un thé à un café, la planète continue de tourner, le temps nous grignote à pied, à cheval ou en voiture...

9/18/2007 5:41 AM  
Anonymous nina de zio peppino said...

Je me suis préparée une bonne tasse de café. Heureuse d'avoir passé ce bon moment en ta compagnie. Un plaisir.

9/18/2007 5:41 AM  
Anonymous Mélane said...

My... Il s'en passe des choses dans une de tes journées... !

9/18/2007 4:35 PM  
Blogger Moukmouk said...

Oui quand je dis que ta prose jazze, tu viens d'en faire la preuve une fois de plus.

9/18/2007 9:40 PM  
Anonymous Olivier Bruel said...

Bravo, Pierre-Léon : je te pardonnerais presque de m'avoir appris la mort de Zawinul...

9/18/2007 11:07 PM  
Blogger Dave said...

Wow ! On en veux plus des commes ça !!

9/19/2007 9:40 AM  
Blogger da Bitch said...

J't'ai vu passer devant chez moi!!!! J'te le dis j'ai senti le café quand je fumais mon pétard sul'balcon!!!LOL

un jour peut-être on se croisera au stand wellington/charron à coté des prostos sur-utilisées!

9/20/2007 9:27 AM  
Blogger REGOR said...

Wow ca fait des nuits chargées....c'est comme ca toujours ?
J'ai fait des nuits il y longtemps comme élecricien d'une usine de papier......seul, ou presque mis à part les quelques opérateurs qui ne dormaient pas !!!Des nuits complètes à rine faire...puis parfois c'était l'enfer

9/20/2007 9:38 PM  
Anonymous anny said...

Pas besoin de se payer un tour de ville à 25$ avec l'autobus rouge.

un taxi la nuit est beaucoup + intéressant!

une fille de québec

9/22/2007 4:18 PM  
Anonymous Intellex said...

11:11 - c'était p't'être moi !
:-)

9/23/2007 1:25 PM  
Blogger Abdul-Rahim said...

Affiche très bien, il pourraient faire le plus foid manqué par Montréal.

9/24/2007 2:25 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home