23.12.07

Cadeaux

Il attendait à la sortie du terminus d'autobus. J'ai ouvert ma fenêtre salie de sel pour être sûr que je l'avais vu faire un geste dans ma direction puis je me suis arrêté. J'ai ouvert mon coffre et suis allé le rejoindre pour l'aider avec sa petite valise. J'ai tendu le bras pour lui indiquer s'il voulait que j'y mette également son sac à dos lorsqu'il a saisi ma main pour la serrer. Agréablement surpris, j'ai compris qu'il ne venait pas d'ici.

Sa maigreur le rendait encore plus grand qu'il était. Je voyais bien qu'il venait d'Afrique, mais je ne savais pas encore à quel point son arrivée au pays était récente. Il m'a tendu un petit bout de papier sur lequel était marquée une adresse, celle de l'Armée du Salut sur St-Antoine.

— C'est bien là qu'on accueille les réfugiés? me demande-t-il.

— On y accueille les gens qui sont démunis...

Il a juste fait un geste de la tête comme quoi c'était bien l'endroit où il voulait aller.

Pendant le trajet, j'apprends qu'il arrive du Rwanda via Toronto. Comme il ne comprenait pas l'anglais, on l'a placé dans un autobus et c'est chaussé d'une simple paire d'espadrilles qu'il fait ses premiers pas sur le sol montréalais. Je pose quelques questions, mais je me trouble vite quand je me rends compte que c'est un rescapé du génocide. Je ne peux pas imaginer par où il est passé. Je sais par contre qu'il arrive ici seul au monde avec sa petite valise et un bagage immensément lourd à porter.

Sur la route, un convoi de déneigement nous oblige à rouler au ralenti. On longe un immense tas de neige prêt à être soufflé. J'observe son regard ébahi dans mon rétroviseur. Quelque part, ce jeune homme est encore un petit gars capable de s'émerveiller. Je lui parle un peu de la ville, un peu de la saison, un peu de ce que la vie peut être ici. Je parle pour meubler mon malaise d'aller le reconduire dans cet endroit à quelques heures de Noël. Mon malaise d'occidental bien nourri, bien nanti, gâté pourri qui se plaint le ventre plein qui se demande ce qu'il va recevoir en cadeau, quelle paire de souliers va « matcher » avec son linge. Qui se demande si son côté de rue a été finalement déneigé? Je parle de peur de me mettre à pleurer.

Quand nous sommes arrivés à destination, je suis ressorti du taxi pour l'aider avec sa petite valise. De sa poche, il a sorti un portefeuille en me demandant ce qu'il me devait. J'ai refermé le coffre en lui disant de garder son argent. Il m'a alors offert le plus beau des cadeaux avec un sourire rempli d'une telle sincérité de coeur que le mien s'est serré. Nos mains aussi et j'ai repris la route en espérant qu'il puisse enfin trouver son chemin. Qu'il puisse enfin poser son bagage.

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

26 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Je ne dirai pas triste mais un gentil "wake-up call" . La minute
que mon ado se reveille le lui fait lire. Merci - un beau cadeau.

12/23/2007 7:30 AM  
Blogger cammu said...

Je te souhaite un joyeux Noël et une très belle année 2008 Pierre-Léon.
:)

12/23/2007 7:42 AM  
Blogger Ma. said...

Une triste histoire? Non, plus maintenant je pense. Oui, il arrive seul ici, mais je crois qu'on l'a bien accueilli, qu'on lui a mis un peu d'espoir dans le coeur et qu'on lui a montrer une facette plutôt intéressante et agréable à voir du genre humain. Et c'est en parti grâce à toi!

J'adore cette histoire. Vraiment beaucoup.

12/23/2007 8:52 AM  
Blogger petit_ange2 said...

C'est vraiment une histoire bouleversante et triste à la fois.

Merci pour ce texte ça met les valeurs au bonne place.

Bon temps des fêtes à toi Pierre-Léon.

12/23/2007 9:03 AM  
Anonymous Marc said...

C'est au contraire le bon moment pour ce type d'hystoire. J'ai beaucoup aimé aussi. A bientôt.

12/23/2007 9:48 AM  
Blogger nina de zio peppino said...

C'est vrai que c'est triste. Ta réaction est admirable. Très Joyeuses Fêtes.

12/23/2007 11:57 AM  
Blogger La Marsouine said...

Merci d'être humain, pour vrai. Merci de le partager avec nous, encore une fois. J'ai emballé ton livre pour ma belle-mère hier, et ce post, encore une fois, me donne envie de te faire connaître au monde entier! (du moins, au mien de monde marin!).

Joyeux Noël!

12/23/2007 12:47 PM  
Blogger Ophélie said...

Ce n'est pas triste, c'est émouvant et très touchant. Terriblement réaliste aussi. Poser un geste aussi simple que d'avoir fait le don de la course à ce jeune homme est certainement la meilleure façon de faire un vrai cadeau. C'est ça "l'esprit de Noël".

12/23/2007 3:02 PM  
Blogger Uley said...

C'est dans des moments où je suis fier d'être québécois. Ailleur cet homme aurait été laissé à lui-même. Ici, il y a plein de ressources où il peut être bien accueils et qu'il l'empêchera de passer ses nuits à l'extérieur.

La magie de Noël c'est ça. Pendant qu'il y en a qui se bouscule dans les magasins pour avoir une bébelle, il y en a qui pose des gestes, aussi petits qu'ils puissent être, afin d'amener un peu d'humanisme à travers cette foutue société de consommation.

Ce geste t'honore et c'est vrai qu'un sourire sincère vaut tout l'or du monde.

Joyeux Noel à tous et passez du temps avec vos proches.

12/23/2007 6:40 PM  
Anonymous La Brune said...

C'est bien dans l'esprit des fêtes, alors non ça n'est pas si triste. C'est une belle rencontre, une belle façon de finir 2007.
Bonnes fêtes à toi !

12/24/2007 6:33 AM  
Blogger REGOR said...

Joyeux Noël à toi Pierre-Léon...

Merci de ces mots qui nous remettent le coeur à la bonne place...

Je suis certain que tu as fait une part de bonheur à ce jeune...

P.S. Je vais de ce pas voir Mere Indigne

12/24/2007 10:21 AM  
Blogger Marchello said...

Joyeux Noel Le Chauffeur.

12/24/2007 10:29 AM  
Blogger Num said...

Toujours un texte aussi émouvant de ta part Pierre-Léon, comme toi seul sait si bien le faire !!

Je te souhaite de joyeuses fêtes et surtout, prudence sur les routes ! ;)

Bien content de savoir qu'il existe toujours des âmes charitables en ce bas monde...

12/24/2007 11:06 AM  
Blogger modotcom said...

Le Québec offre cette grande chance de pouvoir côtoyer des êtres humains extraordinaires : le réfugié qui arrive en exil et toi qui lui donne du support. C'est une richesse qu'on oublie et merci de la partager avec nous.

Passe de magnifiques Fêtes!

Bonheur et santé.

12/24/2007 12:20 PM  
Blogger Renart L'éveillé said...

Joyeux Noël!

12/24/2007 12:45 PM  
Blogger CELL said...

Cette année très belle surprise sous le sapin un exemplaire de ....TAXI LA NUIT !!!!wow! comme je suis gaté¨:P

Merci pour ces merveilleuses tranches de vie que vous partagées avec tant de passion et de poésie!!


Joyeux noël et une bonne année remplie de santé, de bonheur et de nouvelles aventures nocturnes ...

12/25/2007 2:57 AM  
Anonymous Aline said...

Quel courage que de quitter son pays!

Que c'est fantastique que notre nouveau venu tombe sur un chauffeur québécois!

Quelle joie de constater qu'il n'a pas eu a payer sa première course à travers les rues enneigées de Montréal!

Joyeuses fêtes et merci pour ces belles histoires!

12/25/2007 11:06 AM  
Blogger Nada sur le net! said...

De très joyeuses fêtes à toi, ange de la route!
héhé

12/26/2007 12:57 AM  
Anonymous Congolais said...

Le plus triste c’est que ce monsieur n’est pas au bout de ses peines. Même s’il trouve une place pour poser sa valise, elle ne sera peut être pas définitive. Il y a de fortes chances qu’il ne soit pas reconnu, accepté comme réfugié et là se lancera alors une rude bataille avec l’administration qui ne tient pas toujours compte de certaines réalités.

Ce n’est jamais drôle d’être contraint de partir de chez soi. Pour l’africain qui débarque au Canada, le choc culturel et climatique doivent être durs à supporter mais souvent ces gens n’ont pas vraiment le choix.

J’habite Kinshasa, capitale de la république démocratique du Congo, pays voisin du Rwanda et j’ai ma petite idée de ce qui s’y est passé avec le génocide.

Le choc que vous avez ressenti est normal et il met en évidence toutes ces barrières qui ne permettent pas aujourd’hui aux gens d’aller vers les autres.

12/26/2007 12:52 PM  
Blogger DavidB said...

Très touchant Pierre-Léon! En quittant l'église je regardais les maisons des gens... et je me disais qu'il y allait avoir plein de gens seuls... je n'ose même pas imaginer à Montreal... Très beau geste de ta part... ce n,est pas tous les chauffeurs de taxi qui aurait eu cette aimabilité!

12/26/2007 11:05 PM  
Anonymous maviopog said...

Merci pour ce cadeau. Je vous lis assiduement via ce blogue. Je suis québécoise, vivant en Afrique depuis trois ans.

Je cotoie le beau et le laid de la vie africaine au quotidien. Mais personne ne pourra m'enlever ce trésor de vie.

Joyeux Noel !!!

12/27/2007 4:22 AM  
Blogger Encre said...

Merci de nous avoir parlé de quelqu'un, de nous avoir raconté cette histoire dans sa vérité, sans l'avoir embellie. Qu'y aurait-il de mieux à faire en ce temps de Noël?

J'espère que cet homme se porte bien, et qu'il s'est fait quelques amis.

12/27/2007 6:23 PM  
Blogger da Bitch said...

tu me touches beaucoup ami humain
et j'espère qu'il a pas trop capoté avec tous ses gens qui fréquente l'armée du salut...

12/28/2007 11:55 PM  
Anonymous Anonyme said...

Très émouvante histoire ...

Merci pour votre blog que j'ai beaucoup de plaisir à lire, j'ahbite à Paris et Motnréal me manque. Bonne année et meilleurs voeux à vous et vos lecteurs :)

1/03/2008 10:41 AM  
Anonymous Angelique said...

L'histoire est très touchante ! J'ai regardé autour de moi et je me suis rendu compte de la chance que j'avais comme ma vie était belle et heureuse !

1/11/2008 11:50 AM  
Blogger Marilou said...

Bonjour! Je n'arrive pas à décrire ce qui m'est arrivé lorsque j'ai lu votre lettre «Cadeaux». Je l'ai trouvé vraiment touchant et humain, à un point tel que les larmes ont coulé toutes seules même si j'étais dans un endroit public lors de ma lecture! Depuis quelques temps, je fais une liste des livres que je veux absolument lire le plus tôt possible et je dois vous dire que Un taxi la nuit sera sur cette liste jusqu'à ce que j'aie accompli cette lecture!

1/29/2008 6:14 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home