8.1.08

Se fondre dans la nature

Je me tapais des 15-18 heures par jour à faire du patinage plus ou moins artistique dans les rues noires et patinoires de la ville. Pas d'électricité chez moi, mon taxi était devenu mon refuge pendant cette crise.

J'ai vu le centre-ville de Montréal plongé dans une obscurité à glacer le sang. J'ai vu des arbres se couvrir de diamant avant de se faire abattre. J'ai vu le ciel s'irradier de couleurs électriques par l'explosion des transformateurs. J'ai vu des soldats sortir de l'ombre dans des rues sombres. J'ai vu des plaques de glace se décrocher des gratte-ciel pour venir se fracasser dans des rues désertées. J'ai vu des sorties de route et plein de rues bloquées. J'ai vu des gens tomber.

J'ai aussi vu que c'est en période de crise que se dévoile la vraie nature de l'homme. J'ai vu des gens s'entraider et partager comme jamais auparavant. J'ai vu des gens s'épauler et se donner la main pour empêcher l'autre de glisser. J'ai vu des gens se tenir debout quand tout autour basculait.

J'ai surtout vu la nature se rebeller.

Dix ans plus tard, la pluie continue de tomber...

Difficile de rester de glace.

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

14 Comments:

Blogger da Bitch said...

J'ai vu ce que t'as vu...
J'étais au volant de ma rabbit sans chauffrette faisant ma route de livraison (...) Jamais j'oublirai ça.
Bijour!!!

1/08/2008 8:39 AM  
Anonymous nina de zio peppino said...

L'apocalypse.Sans aucun doute.Où va t'on ?

1/08/2008 9:22 AM  
Blogger Ursule said...

Quel joli texte! Très poétique. J'aime.

1/08/2008 11:00 AM  
OpenID davidbdotcom said...

Quand tout cela va regeler ca va etre magnifique sur les route!! :P

1/08/2008 12:49 PM  
Blogger Sleeping Dogs and Dead Lions said...

Je vis en campagne et pour moi le verglas c'était plutôt une histoire d'amusement qu'autre chose. Nous n'avons pas eu d'électricité pour trois ou quatres jours, mais nous avons eu de la chance parce que nous avons pu acheter la dernière génératrice de courant qui restait.

Sortir dehors, sur notre terrain, et s'amuser à courrir sur la croute glacée. Nous en avons aussi profité pour passer du temps en famille, tous ensemble dans le calme de la tempête.

1/08/2008 12:54 PM  
Blogger SuperTomate said...

Je n'ai pas vécu le Grand Verglas mais ça a l'air d'avoir été quelque chose...

1/08/2008 4:56 PM  
Anonymous REGOR said...

Je me souviens du retour après deux jours hors de chez moi.... vu cataclysmique du boisé près de chez moi complètement couché sous une mer de glace...comme si un vent de glace avait déferlé.... j'en ai eu le souffle coupé.
Je me souviens aussi des "arnaqueurs" d'eau... triste constat que l'homme est capable du mieux et du pire en ces temps de crise; les "tordus" cotoient les "gens de bien".

1/08/2008 8:57 PM  
Blogger Nicolas said...

J'étais en plein centre du "Triangle Noir", j'ai passé trois semaines sans électricité. J'étais au primaire. Tout un congé d'école!

1/08/2008 10:04 PM  
Blogger David said...

Bonjour,
Je lit souvent votre blogue et il est très interessant. J'aimerais vous faire part d'une idée que j'ai eu. Ce n'est vraiment pas mon habitude de faire de la publicité donc je m'en excuse à l'avance, mais je veux vraiment partager mon idée. Vous pouvez la lire sur
http://societeparfaite.blogspot.com/

Merci à vous, bonne journée,

David

1/09/2008 6:01 AM  
Anonymous zac said...

J'ai vu un groupe d'humain douillet, paniqué à l'idée de devoir faire autrement, dont le partage exprimé carburait au désir de retourner le plus rapidement possible dans sa petite routine égoiste. Ce qui fut fait. Amen.

1/09/2008 4:47 PM  
Blogger ToNi said...

J'ai rien vu de tout cela, et j'en suis bien content.

1/10/2008 6:05 PM  
Anonymous anny de québec said...

on devrait vous décernez une prix littéraire!

pendant cette fameuse crise, j'arrivais à montréal.

j'ai été bien chanceuse seulement 2 jours sans électricité. Par contre ma famille était dans la noirceur à victo.

un soir, j'entre dans une pizzéria sur st-laurant, folle de voir une tv allumé. Le commis me dit: moi je viens d'Irak et un pays sans électricité je connais cela depuis vingt ans chez moi. c'est la guerre. ici on capote pour un verglas.

j'ai mangé ma pizza de travers et vous connaissez la suite....

1/10/2008 9:01 PM  
Blogger Daniel Rondeau said...

Malgré la froidure de l'écran, ton texte coule.

1/11/2008 1:18 AM  
Anonymous Matante Porn said...

T'écris si bien Taxi ...

1/12/2008 12:01 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home