10.3.08

Répondre à la pelle

Je rage d'avoir laissé ma pelle chez moi. Depuis le début de la soirée, je me répète : faut que je passe à l'appart la récupérer. Mais les clients se succèdent et m'éloignent de plus en plus du fatidique objet. Et je suis là, dans ce stationnement de centre d'achat à Montréal-Nord calé jusqu'aux essieux. Je tente avec mes pieds d'ôter cette neige épaisse et trempe d'autour des roues pour m'extirper de là. J'ai les pantalons mouillés, la sueur me coule le long du dos et je pense toujours à cette maudite pelle bien au chaud dans mon portique.

Je retourne à bout de souffle m'asseoir dans le taxi. Je finis de boire mon reste de café froid et me tourne vers ma cliente qui n'a pas l'air de s'en faire outre mesure. Elle parle au téléphone et même si je ne comprends pas le créole, je me doute bien qu'il est question de moi. Je l'ai embarquée au métro Viau où je venais de déposer une autre cliente et c'est elle qui m'a demandé de passer par ce satané parking. Avec la neige qui faisait rage, je n'ai pas aperçu un trottoir de ciment enseveli. C'est en braquant à la dernière seconde pour l'éviter que je me suis embourbé. J'avance, je recule. J'avance, je recule. J'avance, je recule. Je réussis à faire bouger le taxi un peu, mais pas assez pour prendre l'élan nécessaire pour me sortir de cette mélasse.

Je me tourne donc vers ma passagère et lui dis de prendre le volant, question que j'aille pousser le véhicule.

— Mais je n'ai jamais conduit de ma vie!

— N'est jamais trop tard pour apprendre.

Je lui explique rapidement les rudiments de l'embrayage et me voilà à pousser comme un vieux boeuf après le taxi qui « spinne par dessour ». Je retourne ôter de la neige autour des pneus, mais je commence à me résigner. Ça fait une demi-heure que je m'échine et l'auto n'a parcouru qu'une demi-longueur. Ma nuit semble fichue. De retour dans le véhicule ma cliente est tout sourire. Je lui dis qu'elle pourra mettre chauffeuse de taxi dans son C.V. et malgré tout, je rigole avec elle. Je tente une dernière fois d'aller ôter de la neige et quand je reviens dans le véhicule, ma cliente me dit que sa cousine qui reste à deux rues de là, s'en vient nous porter une pelle!

Elle arrive quelques minutes plus tard et je la remercie d'avoir répondu à la pelle. Elle s'esclaffe tellement de bon coeur que je ne peux m'empêcher d'y mettre du mien à la tâche. Je pellette une dizaine de minutes, mais on reste toujours pris. Je suis trempe à lavette et je suis sur le point de tout abandonner quand arrive une remorqueuse. Il s'approche du taxi et me dis qu'il me déprend pour 40 $. Ce n’est pas donné, mais je ne suis pas bien placé pour négocier. Il accroche le taxi, me recule d'une vingtaine de mètres et me laisse là dans pas moins épais de neige. Je suis abasourdi. Le gars me dit que si j'ai encore besoin de lui, il n'est pas très loin et que ce sera un autre 40 $ ! Dans le genre rapace, j'ai rarement vu pire.

Comme de raison, je reprends mon élan pour sortir du stationnement et je m'embourbe de nouveau. Ça fait presque une heure que je niaise là. En plus de perdre du temps précieux d'ouvrage, je me fais voler de 40 $ et je ne suis pas plus avancé. Mes clientes sont aussi désemparées que moi. Elles restent avec moi, car je me voulais le chauffeur attitré d'une autre cousine qui n'arrive pas à se trouver de taxi pour aller travailler à l'hôpital Notre-Dame. Je tente alors une dernière fois de me sortir de là. J'empoigne de nouveau la pelle et fais le tour du taxi en libérant le plus possible de neige autour des pneus. Dans le fond du parking, la remorqueuse est toujours là et j'm'imagine bien le gars en train de rire dans sa barbe attendant que je lui demande une autre fois qu'il vienne me sortir de là. Je redouble d'ardeur sur la pelle et après une autre dizaine de minutes de pelletage intensif, je retourne m'effondrer derrière le volant. Je dis à mes passagères de faire une petite prière et m'élance de nouveau. Le taxi se met à bouger et j'arrive à lui faire prendre juste ce qu'il faut de vitesse pour l'amener vers la sortie du stationnement. J'ouvre ma fenêtre et pointe un doigt d'honneur vers la remorqueuse en criant dans l'auto: « Fuck you astie de towing à marde! » quand le taxi s'embourbe dans le dernier petit tas de neige qui me sépare du boulevard Pie IX. Merde...

J'imagine que les prières de mes clientes ont été plus fortes que mes blasphèmes, car j'ai réussi à me dégager du monticule et à me rendre jusqu'à chez elles. J'ai ensuite reconduit l'autre cousine jusqu'à l'hôpital, où une autre client m'attendait, puis un autre, puis un autre, puis un autre. J'ai failli resté pris encore une couple de fois dans la nuit. Mais j'ai réussi à garder le taxi en mouvement et permis à quelques âmes en peine de regagner leur port d'attache. Ma nuit s'est étirée jusque tard dans l'avant-midi. Difficile de se confronter à l'hiver de manière aussi intense. 16 heures d'ouvrage dans la pire tempête de l'année.

Dans la matinée, je débarque sur le plateau un couple qui sort d'un after-hour. J'en ai plus que ma dose et décide d'aller me coucher quand je vois deux dames qui agitent désespérément le bras en ma direction. Bon OK me dis-je, une dernière course puis j'arrête. Elles me demandent de les amener à Montréal-Nord dans un centre d'achat sur Pie IX... Je me demande pourquoi je n'ai pas été surpris de retourner dans mes traces! ;-)

Ce matin, j'ai mal partout, mais j'ai la tête remplie d'images incroyables. J'ai des dizaines d'anecdotes savoureuses à raconter. Celle-ci en était une parmi beaucoup d'autres. J'espère qu'elle vous a plu! Bonne fin d'hiver!

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

21 Comments:

Blogger vanou said...

Contente de savoir que je suis pas la seule a me crisser dans la neige, de pelleter, de suer toutes les gouttes de mon corps, et de me re-crisser aussi sec dans le banc de neige... :)

Et ma pelle est encore dans le garage, faudrait vraiment que je la sorte celle-la.

3/10/2008 7:07 AM  
Anonymous Anonyme said...

Tu es courageux...bravo!

3/10/2008 8:12 AM  
Blogger Mimi said...

Vraiment, c'est très drôle! Je connais un gars qui est déneigeur qui pourrait en dire des aussi bonnes... reste à savoir s'il a le tour de les raconter comme vous!
Comme quoi l'hiver nous fait parler...

3/10/2008 8:20 AM  
Anonymous Intellex said...

"Bonne fin d'hiver". Si seulement tu pouvais dire vrai. Je le sais que cette saison n'est pas éternelle... mais j'ai une moto, ici, qui fait vroum vroum dans ma tête, en attendant.
Y'en a presque marre, là.
Presque.
;-)

3/10/2008 9:58 AM  
Blogger crocomickey said...

Je n'arrive pas à croire l'histoire du trouduc dans son towing. $40 pour 20 mètres pas plus !!! Me semble qu'avac la pelle de la cliente, ikl aurait fait une belle cible...

3/10/2008 11:40 AM  
Anonymous Spec said...

Moi je pense que les towings sont en grande majorité, sinon tous, des crosseurs! Ils en profite que tu sois dans la merde et que tu n'aies pas la choix d'en faire appel à un pour te charger le plein prix.

Je sais, j'ai eu mon lot d'histoires avec les towings. La dernière fois, c'était il y a quelques années. Pendant une tempête de neige fondante/verglas, la 15 nord était glacée et je me suis ramassé dans un bac de neige en faisant un arrêt d'urgence, parce qu'il y avait un accident (4 autos en tout "dans le clos") à la sortie d'un virage. Le towing était déjà là, pour sortir les autres véhicules accidentés. Quand c'était rendu à mon tour, il m'a chargé $85.00 pour sortir mon auto du banc de neige!

Je crois que le prix des towings devraient être régis pour éviter ce genre d'abus...

Anyways, je vous souhaite bon courage cette semaine! :-)

3/10/2008 1:22 PM  
Blogger Daniel Rondeau said...

Tu sais bien que tu aurais pu barguigner mon aide pour 30$...
Gnak! Gnak!

3/10/2008 1:58 PM  
Blogger Myrian said...

Un bon truc pour ne pas se faire avoir par un towing est de le payer seulement lorsqu'il a fait son travail. Si t'es encore pris, ben il n'a pas d'argent.

Je me suis servie de ce service dimanche matin pour me sortir de mon stationnement en pente, glacé(e)... Je n'avais pas d'argent sur moi, alors j'ai dû le suivre à la station pour le payer. S'il voulait son argent, il n'avait pas le choix de faire en sorte que je sois capable de le suivre!

Sauf que bon, un taxiste qui n'a pas 50$, ça fait un peu louche...

3/10/2008 3:59 PM  
Blogger Val said...

J'espère que tu nous raconteras tes dizaines d'autres anecdotes savoureuses! J'adore te lire!

3/10/2008 5:15 PM  
Anonymous Diane said...

Allo Pierre-Léon,

Cet hiver, on a eu l'idée de prendre les tapis de caoutchouc pour se désembourber et ma foi, ça fait quelquefois que ça nous dépanne, je ne sais pas comment ça se fait que je n'ai jamais vu personne faire ça!

3/10/2008 7:05 PM  
Anonymous Anonyme said...

mais la pelle, la pelle!! qu'en est-il devenu? j'espère pour toi que ta cliente avait l'âme charitable et a bien acceptée de te la laisser pour la nuit!

3/10/2008 8:29 PM  
Blogger Aaridys said...

Wow...

Après être morte de peur sur la 15 en essayant de rentrer chez nous, j'admire ton courage d'avoir continué toute la nuit.

Chapeau!

3/10/2008 10:57 PM  
Blogger L'Indécise said...

Bah... je veux pas faire ma rabas-joie mais... y'a pas de loi qui interdit aux chauffeurs de taxi de faire plus qu'un certains nombres d'heures consécutives? Comme les camionneurs? !!!!

En tout cas, c'est admirable! Et toujours une aussi belle prose!

3/10/2008 11:19 PM  
Blogger da Bitch said...

c'est dans des moments comme ça que je french mes tractions aids!!!

3/11/2008 1:03 PM  
Anonymous Anonyme said...

on veut les autres anecdoctes!!!!!

3/11/2008 1:22 PM  
Blogger modotcom said...

c'es super, vraiment! Quelle âme tu as, cher Pierre-Léon! Que de courage, pour nous, c'était juste difficile de sortir le char - comme tout le monde; je ne peux pas imagnier avoir des passagers en plus! Quel métier vertueux et quelle savoureuse anecdote. Merci!

3/11/2008 6:18 PM  
Blogger REGOR said...

Salut Pierre-Léon,

J'ai pensé à toi avec cette tempête de fou !!
J'avais entendu dire que tous les taxis étaient bloqués...c'est drôle mais j'avais de la difficulté à croire que tu ne soit pas dans le coup !!!
Bonne fin d'hiver.

P.S. Je crois pas que les towings sont des crosseurs,les crosseurs demeure une minorité, mais les autres devraient eux-même leur donner une bonne lecon.

3/11/2008 10:34 PM  
Anonymous Anonyme said...

Toujours agréable de faire une ride avec Léon. Ça été bien annoncer avec - coté givré

Felix

3/12/2008 2:59 AM  
Anonymous Vagant said...

Quand je lis ça, je ne suis pas mécontent de ne pas avoir vu un flocon de l'hiver moi...

3/24/2008 7:34 PM  
Anonymous soleildebrousse said...

Tu vois faut que je m'habitue à lire dans le bon sens.. pour l'instant la petite française fait les choses à l'envers.. mais bon, c'est aussi une autre façon de découvrir un individu.
j'aime l'humour du noir de ces pages-là.

4/05/2008 3:17 PM  
Anonymous Anonyme said...

bonjour m lalonde
mon amie et moi avons lu votre livre un taxi la nuit
et son reve serais de prendre un taxi et que se
soit vous le conducteur, donc comment faire pour
vous rejoindre
merci

4/12/2008 2:06 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home