10.5.08

Montréal ma muse

J’ai délaissé ma banlieue temporaire pour quelques jours.

Elle me manquait.

Lorsque je la quitte trop longtemps, c’est elle qui me roule. Je tourne à vide, je tourne en rond. J’avais besoin de l’effleurer. De la sentir frémir. J’en ai profité pour m’en abreuver, pour m’étourdir en elle. Une dose suffisante pour me faire patienter encore quelques semaines.

La vie nous entraîne parfois sur des chemins de travers, sur des voies de services. Faut de temps en temps savoir éviter de se faire dépasser par les événements, avoir les priorités adroites.

N’empêche qu’il me tarde de reprendre la route et de refaire mes nuits en sa compagnie. Il me tarde de la retrouver, de la reprendre entièrement et de l’arpenter dans ses belles langueurs.

Il me tarde de revenir m’inspirer de son souffle.

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

2 Comments:

Blogger En direct des îles said...

Je lis cet bel hymne à ma ville devant une mer toute bleue, et me voilà en pensée à Montréal que je retrouverai avec grand plaisir dans une semaine...
Pierre-Léon, je vous comprends et vous approuve: dur de se passer d'elle, n'est-ce pas?

5/10/2008 2:15 PM  
Blogger Moukmouk said...

L'amante est exigeante, elle a sa vie à elle, impossible de l'enfermer dans une maison de banlieue. Si tu veux vivre avec elle, il faut aller sur son terrain. Je te comprends de tant l'aimer.

5/10/2008 3:59 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home