20.10.08

La vieille malcommode

C'est vendredi soir et les magasins viennent de fermer. La circulation est dense et on fait ce qu'on peut pour éviter les bouchons. Je fais monter cette dame sur la rue Peel, devant un restaurant. Une amie bien intentionnée l’aide à monter dans le taxi, en me demandant d'en prendre soin. A vue de nez, la septuagénaire à un petit coup dans le sien, mais ce n’ rien comparé aux piliers de bars que je vais me taper plus tard dans la nuit.

Vu l'âge vénérable de ma passagère, j'essaie de ne pas trop faire le «cowboy» pendant le trajet. Elle veut aller dans le quartier Rosemont, et l'itinéraire idéal à partir de l'endroit où l'on se trouve est sans conteste celui qui monte directement vers le nord: Peel, Docteur Penfield, du Parc et Van Horne qui devient Rosemont après Saint-Denis. Tout en roulant, j'y vais de quelques politesses d'usage sur sa soirée et sur le temps qu’il fait. Plus ça va, moins la dame répond à mon
soliloque. Dans le rétroviseur, je la vois cogner des clous et, comme je ne veux surtout pas qu'elle s'endorme, je freine un peu abruptement au feu qui croise l'avenue du Parc et Duluth. La vieille relève la tête et dit, assez agressivement:

- C'est pas le chemin que je prends d'habitude!

- Inquiétez-vous pas, Madame, j'essaie juste d'éviter le trafic! On va se rendre à bon port, vous allez voir, ça va bien aller!

Mais au lieu de la rassurer, ma réplique a plutôt l'effet de la contrarier encore plus.

- Voulez-vous ben me dire où c'est qu'on est là? C'est pas le chemin que je prends d'habitude!

- Madame, on est sur l'avenue du Parc, on monte vers...

- C'est pas le chemin que je prends d'habitude!, répéte-t-elle en haussant le ton.

- Quel chemin vous prenez d'habitude, ma bonne dame?

- J’le sais pas, mais c'est pas le même chemin que d'habitude!

- Pis qu'est-ce qui vous dit que ce chemin-là sera pas plus vite que celui que vous prenez habituellement?

- Non, c'est pas par icitte pantoute que je passe d'habitude! Vous essayez de me perdre! D’habitude, j'passe jamais par icitte!

Plus j'essaie d'être calme et poli avec la dame, plus elle se rebiffe. Je tente patiemment de lui expliquer l'itinéraire, le temps que ça va prendre avant d'arriver, mais rien n'y fait. Elle est convaincue que j'essaie de l'arnaquer. Grâce aux bons soins de certains chauffeurs aimant étirer leurs courses, la méfiance des gens à notre égard est omniprésente. Il faut souvent justifier tel ou tel itinéraire et, s parfois certains clients sont tellement convaincu qu’on essaie de les «avoir», qu’ils nous font prendre des trajets beaucoup plus longs que ceux qu’on aurait pris. On a l’habitude de ces présomptions et, à force, on s’habitue, même si ça ne fait pas toujours des courses chaleureuses. Pourtant, dans ce cas-ci, la vieille est soit de très mauvaise foi, soit un peu perdue à cause de l’alcool.

- Vous allez me débarquer icitte! Pis ça presse!

- Voyons donc, Madame! On arrive presque à Van Horne, vous avez déjà
plus de la moitié de fait!

- J’veux débarquer, bon!

À ce point-ci, ça me démange pas mal de tasser le taxi pis de la foutre dehors. Cette femme est l’archétype de la vieille malcommode qui doit faire chier pas mal de monde dans son entourage. Pourtant, j’ai quand même le sentiment que l’alcool fausse les données. Comme la diplomatie
ne semble pas être son fort, je décide donc d’adopter son ton.

- Eille! Ça fera, les enfantillages! Calmez-vous, là! Madame. Votre amie m’a demandé de vous amener chez vous, pis c’est ça que je vais faire. Ça fini là!

- Ben si vous pensez que vous allez me parler sur ce ton-là!

- J’vous parle sur le même ton que vous! On essaie d’être gentil pis de faire sa job comme du monde, pis on finit par se faire engueuler!

- Si vous pensez que ça va se passer de même! Vous avez pas fini avec moi! Vous allez avoir de mes nouvelles, j’vous en passe un papier!

- C’est ça, Madame. C’est ça!

Elle continue de s’énerver et de m’invectiver. J’endure en l’ignorant et en appuyant un peu plus sur le champignon. Sur le viaduc Van Horne, je me fais une belle image mentale de ce que ce serait si je la mettais dehors, juste ici. Je ris dans ma barbe, et ça m’aide à poursuivre cette course avec cette mégère qui continue de gueuler.

Alors que je me rapproche de son adresse, elle baisse peu à peu le ton, mais elle reste tout de même de mauvaise foi.

- Si vous pensez que j’vais payer pour ça!

- …

- Ça me coûte jamais plus que dix piasses.

- …

- En tout cas, vous allez avoir de mes nouvelles!

- Tant qu’à vous répéter, redonnez-moi donc votre numéro de porte.

- P’tit maudit baveux!

- On est arrivés, Madame. Ça fait quatorze dollars et cinquante. S’il vous plaît.

- Ça me coûte jamais plus que dix piasses.

- Arrêtez de radotez, Madame, pis payez moi.

À ce moment-là, je pense que si elle avait pu, elle m’aurait sauté au visage. Je m’en veux un peu d’avoir à jouer au dur avec cette pauvre vieille, mais elle ne m’en donne pas tellement le choix. Au moins, elle est rendue devant sa porte, et ma conscience est tranquille. Sauf que je ne suis pas au bout de ma peine. Elle ne veut pas me payer plus que dix dollars et elle refuse de me donner son billet de vingt.

- On y passera pas la nuit, là, Madame! J’vous ai amenée à votre adresse, vous me payez! Y’a rien de compliqué là-dedans!

- Vous allez entendre parler de moi!

- Ben oui, ben oui. Payez-moi, astheure!

- Non!

Là, mes réserves de patience commencent sérieusement à s’amenuiser. J’ai une grosse envie de sortir du taxi pis de la sortir à coups de pied au cul. Je tente alors un dernier coup de bluff. Je réembraye le taxi et me mets à avancer.

- OK, Madame! Vous l’aurez voulu! On s’en va au poste! On va aller régler ça là-bas! Pis je vous le dis tout de suite, je laisse mon compteur rouler. Ça va faire, le niaisage!

Évidemment, j’ai autant envie d’aller au poste de police que de me faire arracher une dent, mais je n’ai plus d’autre recours. Heureusement, comme je l’espérais, la vieille me demande d’arrêter le taxi illico. Je tends la main et elle y met le billet de vingt dollars. Je lui rends sa monnaie et j’attends qu’elle sorte. Je me rends alors compte que je ne suis pas parti de là si je ne l’aide pas un peu. Avec ce qu’elle vient de me faire endurer, je suis loin d’en avoir l’envie, mais bon, je reste professionnel jusqu’au bout. J’arrête le taxi, en sors et en fais le tour pour aller lui prêter un bras de secours. Je la sens toujours revêche, mais au moins, elle a cessé de maugréer. Je
l’aide à se mettre sur pattes et à marcher jusqu’au trottoir qui mène au pied de sa porte, où je la laisse, en lui demandant si ça va aller à partir de là. Elle me regarde alors et me dit:

- Vous allez avoir de mes nouvelles!

- Ça m’a fait plaisir, Madame. Bonne soirée, là!

Elle s’est tournée vers son logis en continuant de chialer à mon endroit. J’ai regagné mon taxi en m’assurant qu’elle soit bien entrée, puis je suis passé au cas suivant.


Un autre extrait inédit tiré du tome Un. De retour aux activités normales bientôt...

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

21 Comments:

Anonymous big said...

ouffff que de mépris tu a envers les personnes agées. c'est un coté de toi que l'on ne connaissais pas

10/20/2008 12:18 PM  
Anonymous Sassenach said...

Je ne trouve pas que c'est du mépris. Au contraire, moi je l'aurais débarqué sur le viaduc Van Horne.

Maudite vieille pimbèche.

10/20/2008 1:15 PM  
Anonymous James said...

"Évidemment, j’ai autant envie d’aller au poste de police que de me faire arracher une dent"...

Tu viens de faire ma journée!

10/20/2008 1:53 PM  
Anonymous Anonyme said...

Il n'est pas questions ici de mépris envers les personnes âgées.
Être vieux ne donne pas un une dérogation aux règles élémentaire de savoir vivre.

10/20/2008 2:54 PM  
Blogger Ben said...

le "- J’le sais pas, mais c'est pas le même chemin que d'habitude!" a fait ma journée dans le livre, et il viens de le refaire à l'instant.

10/20/2008 7:50 PM  
Blogger J-F said...

Mépris? Où ça... quand ça? Le mépris simmonak, c'est plutôt elle qui en a eu!!! Vieille bitch, t'a été d'une patience impressionnante! Comme le dit l'anonyme, être une ainée ne donne pas le droit d'insulter et de faire chier les autres. J'ose espérer que c'est une exception.

Félicitations pour ta façon d'agir... je ne pourrais pas être chauffeur de taxi juste pour ce genre de ride!

10/20/2008 9:14 PM  
Anonymous marietom said...

vous aussi, vous avez des taties Danielle ?
Bien raconté, tout ça !

10/21/2008 5:11 PM  
Blogger sparts le pirate said...

hahaha trop drole...

10/21/2008 11:22 PM  
Anonymous Robin said...

J'adore. Ces petites vieilles au discours décousu, voire insensé, ne cesseront de mettre du piquant dans nos vies.

Y'en avait une l'autre jour, au Couche-Tard, qui engeulait (presque) la petite caissière parce qu'elle trouvait que ça ne faisait pas trop professionnel un "piercing".

Allons donc.

10/22/2008 8:59 AM  
Blogger Selenide said...

Ah bin la vieille (insérer sacre coloré ici)!

Et après il y en a qui demande le respect de leur ainés, alors qu'ils ne respectent plus rien eux-même! Bon, bon, je généralise, désolé... mais elle, c'était tout un cas, tu as de la patience à revendre (d'ailleurs, tu la vends combien?)!

10/22/2008 9:06 AM  
Blogger Alaeddine Ben Abdallah said...

Excellent, cela donne envie de lire le livre

10/23/2008 3:31 AM  
Anonymous Benoit said...

Salut! J'aime ton blogue et je l'ai affirmé publiquement à mes lecteurs ici : http://www.etpuiscurieux.com/2008/10/23/216/

10/23/2008 1:39 PM  
Blogger Daniel Arseneault said...

Je vous félicite d'avoir gardé votre calme et d'avoir fait preuve d'un certain respect envers cette dame plutôt désagréable.

Devenir une bonne personne passe d'abord par la maîtrise de ses réactions face à une situation difficile. Par la suite, si on veut vraiment devenir quelqu'un de bien, on apprend à maîtriser ses pensées. Je m'explique. Nous avons tous la réaction naturelle d'envoyer promener une personne désagréable. Beaucoup d'entre nous sommes capables de nous empêcher d'injurier une telle personne, mais on a l'impression de se faire violence. À l'intérieur, ce qu'on pense de la personne est plutôt noir. Idéalement, on apprendrait non seulement à tolérer une telle personne, mais aussi à l'aimer, même si on la trouve irritante. Aimer notre prochain, ça s'apprend.

10/23/2008 2:45 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce qui est vraiment poche, dans ce genre de situation, c'est que même si on a raison, comme c'est ici le cas pour toi, on reste quand même avec une sensation désagréable... Exactement l'inverse de la bonne sensation qu'on ressent quand on fait une B.A., et qu'en plus, la personne l'apprécie.

Tu en vois de toutes les couleurs dans le difficile métier que tu exerces, tu as toute mon admiration et ma sympathie!

P.S. À quand le 2e tome?!? On a hâte... ;-)))

10/24/2008 9:55 AM  
Anonymous Anonyme said...

C'est un choix de société. On respecte ces personnes agées ou pas !!!
voila simplement
Moi le les respectes. Ils ont bati notre avenir quand même..que de méchanceté ici

10/24/2008 8:40 PM  
Blogger Magenta said...

C'est la première fois que je viens lire votre post...
Je suis éblouie... Non pas par votre écriture mais par vos lettres blanches sur fond noir !!!!
Je n'ai pas été capable de me rendre jusqu'au bout, c'était trop difficile pour mes yeux... Alors coup de génie, j'ai copié collé dans word et j'ai pu lire votre texte en couleur grisaille sur fond blanc... Quel délice !
Et, n'ayez crainte, je n'ai pas gardé de copie illicite !

S'il vous plaît, épargnez mes yeux et chassez ce contraste que je ne saurais voir !!!

10/25/2008 12:13 AM  
Blogger J., Pédagogue-à-gogo said...

Quand un p'tit vieux ou une p'tite vieille me fait suer, je me dis toujours "Les nerfs, fille, chaque p'tit vieux est le grand-parent de quelqu'un." Et je pense à mes parents et au jour - pas si lointain - où ils seront le p'tit vieux de quelqu'un. J'espère qu'ils trouveront sur leur chemin quelqu'un pour les traiter avec respect.

Ceci étant dit, on aime bien les histoires de p'tits vieux fatiguants, parce qu'on y trouve tous un écho - peu avouable - en nous-mêmes.

On est tous humains, non?

10/25/2008 1:00 AM  
Anonymous DUBIEN said...

Viens voir mon blog http://sondagesetcie.blogspot.com/
il explique comment mettre des sondages dans vos blogs.
Sondages du type "Que pensez-vous de mon blog?"

Mon blog propose également une technique pour faire de la publicité à votre blog.

10/27/2008 4:14 PM  
Anonymous denislord@endirect.qc.ca said...

Big: Je sais pas comment tu as lu ce texte mais Léon, je le connais, c'est vraiment pas un mec méprisant, pas plus avec les vieux qu'avec les jeunes. T'en voudrais pas d'autres pour donner un lift à tes grands-parents ou tes enfants.

denis

10/27/2008 9:00 PM  
Blogger Jean S. said...

L'age de la cliente n'a rien a voir. Certains individus deviennent baveux ou malcomodes lorsqu'ils consomment un peu trop d'alcool. Au moins elle est revenue en taxi. Il y en a encore trop qui prennent leur voiture dans ces conditions.

10/27/2008 11:08 PM  
Anonymous Rachel said...

Bonjour Pierre-Léon,

J'aime ton blogue de taxi! Ca me rappelle les histoires que mon père, qui était aussi chauffeur de taxi, me racontait. Il en avait des 'vertes et des pas mûres'... Vraiment intéressant à lire, je reviendrai régulièrement! Merci

11/02/2008 10:15 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home