27.11.08

État d'Urgence

L'hiver s'en vient, sentez-vous la soupe chaude?

La saison froide ne fait à peine que commencer qu'une bonne partie de mes passagers se sont mis en mode chialage. Que la vie semble pénible pour bon nombre d'entre eux. J'ai beau me montrer le plus compatissant possible, je ne peux m'empêcher de penser, qu'ils ne feraient pas long feu s'ils étaient forcés de vivre dans la rue. Je ne peux m'empêcher de penser à ceux qui y sont déjà.

Ce week-end à la Place Émilie-Gamelin, L'ATSA installe son 10e camp de réfugiés urbains pour les sans-abri.

Allez-y faire un tour. Je vous assure qu'ensuite, votre hiver sera pas mal plus doux...

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

12 Comments:

Blogger DjOu said...

Je comprend totalement ton point de vue, j'ai tarvaillé avec cette clientel l'an passé et effectivement ma vision des choses à beaucoup changer...
Ce qui m'enrage le plus par contre, c'est que peu importe la météo les gens chiales constamment....
soit trop chaud, soit trop froid... il pleut... il neige...
jamais contente cette foutu société :P

11/27/2008 5:44 PM  
Blogger Mauro Castro said...

Taxitramas in new adress.
Change your link, please!
taxitramas.blogspot.com/

11/27/2008 6:14 PM  
Anonymous Sims said...

Je déteste l'hiver et pourtant je ne chiale pas constamment contre. Je suis chanceux je peux fuir une semaine dans le sud une fois de temps à autre :)

Je vie dans une place où il a parfois 4 saisons alors je fais avec la température même si je préfère plus 30 à moins 30 lol

Trouve un poste reggae ça fera monter la température dans le taxi qui sait ;)

11/27/2008 11:13 PM  
Blogger Gaétan Bouchard said...

J'ai pris un taxi hier à Twois-Wivièwes. Le chauffeur n'était pas parlable.

J'ai tout de suite pensé à Un taxi la nuit.

Si j'étais embarqué avec le gars d'Un taxi la nuit, à Monrial, on aurait jasé de littérature. Et mon deux piastres de pourboire aurait servi à quelqu'un d'honorable, plutôt qu'à un type patibulaire qui traite ses clients comme s'il livrait de la pizza.

Ah! l'attrait de la grande ville!

11/28/2008 7:05 AM  
Blogger Jean-François said...

S'il y avait des sans-abri à Boucherville, ils doivent être invisibles parce que moi, je ne les vois pas...

Ton billet est touchant Pierre-Léon, merci de le partager.

11/28/2008 10:24 AM  
Anonymous Matante Catoo said...

Ce qui fait que les gens chiale c'est pas le frett,c'est le fait qu'ils seront plus isolés que quand il fait beau et chaud.La petite prison portative en forme de Jacket et de grosses bottes.Sauf que y'a des prisons plus douces que d'autres,parceque ceux dont tu parle aimerait avoir au moins une des 2 prisons,histoire de pas geler cet hiver !Continue d'être ...humain !Merci

11/29/2008 6:03 PM  
Anonymous Anne-Marie Provost said...

Je parcourais nonchalemment la blogosphère du milieu branché sur les communication internet, quand je suis tombée sur un lien qui dirige vers ton blogue. Tu viens de changer drastiquement ma soirée, merci. Ton blogue est franchement plus cool que Taxi Driver, et j'ai hâte de voir quelle porte il m'ouvrira ailleurs sur le web. Je reviendrais, promis.

11/29/2008 8:25 PM  
Anonymous Anne-Marie Provost said...

Ah ben, tu le croiras pas, mais tout mon périple qui t'a eu comme point de départ m'a amené dans la blogosphère porno.

11/29/2008 9:30 PM  
Anonymous hugues said...

Hello, super blog, je viens de le découvrir et j'adore les articles.

Bonne continuation

11/30/2008 11:18 AM  
Blogger Magenta said...

Je me demande souvent pourquoi les gens voient toujours le côté noir des choses alors qu'il est si facile et tellement plus agréable de voir le côté rose, surtout quand on pense à ceux qui n'ont rien!
C'est comme si on donnait de l'engrais aux ronces en se réjouissant de se planter dedans!

11/30/2008 2:14 PM  
Blogger sa blondeur said...

Ma petite maman nous disait toujours:"Count your blessings". Elle savait de quoi elle parlait,avec sept enfants à nourir, des huissiers à la porte et son brevet "B" comme porte d'entrée sur le marché du travail à 42 ans. Le mari, pfff...
Alors oui, une 'tite visite au camp des sans abri de l'ATSA, apportez vos chaussettes, ça remet les pendules à l'heure. Et pour ceux qui ont tellement tout depuis leur naissance que Noël pis la dinde les écoeurent, qu'ils essaient une nuit de Noël sous le pont Jacques-Cartier avec une seule bière tiède... Pour le feeling.

12/01/2008 11:14 PM  
Blogger crocomickey said...

Une belle gang. J'ai déjà écrit un article sur ces "terroristes" ...

12/02/2008 11:22 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home