16.12.08

Jeux d'hiver

Une maudite belle tempête s’abat sur la ville. C’est vendredi, les bureaux se vident et l’heure de désappointe bat son plein. Montréal se gonfle de neige et d’impatience. Très lentement, elle déverse son flot de conducteurs à fleur de pot, vers les banlieues. Dans ce beau gros bordel métropolitain, les conditions déroutent. La radio parle de code rouge partout et d’au moins quatre heures d’attente pour l’intervention de la CAA. Pour les taxis, une soirée survoltée est à prévoir. Nuit de tir aux câbles à «booster», de patinage de fantaisie et d’abominables slaloms des neiges.
En plus du trafic normalement débile, il faut faire avec les camions de sel, ceux des vidanges et les chasse-neige, qui ont vite fait de réduire la largeur des boulevards. Comme chaque année, il y a ceux qui n’ont pas encore changé leurs pneus. Comme chaque année, il y a ceux qui ont oublié comment rouler sur cette affaire blanche-là! Une géante course à obstacles fait rage. Les trottoirs bondés sont de grosses patinoires et plusieurs piétons se risquent (et périls) dans les rues. Plus personne ne s’occupe des feux de circulation. Ça roule tout croche, ça tourne au vinaigre, la ville bouchonne. Une «belle immobilité», dit le gars de la radio.
Les autos parquées en ont jusqu’au milieu des portes. Ça pousse, ça pellette, ça pousse encore. Les balais et les grattoirs se font aller. Ça sent le dépourvu pis «l’avoir su, je serais pas viendu»! Je dois ouvrir ma fenêtre régulièrement pour secouer l’essuie-glace. On entend les avertisseurs des camions qui reculent, les moteurs refusant de démarrer et ce bruit particulier des pneus qui roulent à vide dans la neige.
Puis ça pousse encore. Et ça ressort la pelle. Et la charrue repasse.
«Y’en aura pas de facile», comme disait l’autre.
N’empêche que, si ça peut en décourager quelques-uns de venir en ville en char, ça sera toujours ça de pris. D’ailleurs, pourquoi ne laisse-t-on pas la neige en paix? Tout le monde en raquettes, en ski de fond, en traîneaux à chiens! Montréal la blanche, interdite aux chars pour l’hiver! Vous reviendrez au printemps!
On peut toujours rêver… Les cols bleus sont déjà à la tâche pour que tout le monde revienne le plus vite possible! Il faut bien que l’économie puisse continuer à rouler! Pour l’instant, ça roule pas fort. Plutôt à la va «comme je te pousse». Les accrochages se multiplient et plusieurs côtes se sont transformées en pistes de luge et bobsleigh. Un 4X4 s’est encastré dans un lampadaire dans la pente Atwater. Comme quoi le véhicule ne fait pas le conducteur.
Enfin bref. Je multiplie les courses en prêtant une oreille attentive aux péripéties de mes clients. La plupart déversent leur fiel sur cette saison maudite: «Crisse d’hiver! Maudite neige! C’est l’humidité! Putain d’température!». Je connais toutes les variantes du pleurnichage contre les intempéries. Il faut croire que chialer est le sport préféré des Montréalais. Fin psychologue sportif, j’encourage leurs vitupérations, j’épaule leurs récriminations, je supporte leurs protestations. En autant qu’ils ne me salopent pas la voiture et qu’ils paient à la fin du voyage, je suis prêt à endurer les pires doléances. Je sais que ça leur fait du bien de sortir le méchant. Lâchez-vous lousse! La consultation est incluse dans le prix.
La neige continue de tomber, la nuit tombe aussi. Ça change la manière de voir. Avec tout ce blanc, Montréal rayonne d’une lumière irréelle. Elle brille d’une nouvelle aura. Simplement magnifique.
Pourtant à, l’heure où j’écris ces lignes, il n’y a qu’une petite neige fine qui tombe. Même pas foutue de rester au sol! Il n’y a pas de bancs de neige, pas de luminosité incroyable, pas de gros bordel métropolitain.
Ça me gonfle et je m’impatiente. Je me sens comme un gamin qui attend de faire son premier gros bonhomme de l’année. Vite la neige, que je sorte ma gratte, ma pelle, mon balai! J’ai hâte de vous entendre chialer, aux premières loges derrière mon volant pour observer les braves affronter la saison froide. Pour voir les courageux d’hiver.

Inédit tiré du Volume Un

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

16 Comments:

Blogger La belle Lurette said...

Moi je chiale pas quand y neige, ça fait bien mon affaire parce qu'il ne fait pas froide, c'est doux et agréable, je n'ai pas de voiture moi!

12/16/2008 6:53 AM  
Anonymous Bab said...

A Paris c'est bien pareil et pourtant il n'y a jamais la neige que vous avez. Je croyais d'ailleurs que c'étaient les parisiens les rois des chialeurs !

Moi non plus je n'ai pas de voiture et, justement, je me souvenais tout à l'heure de quelques soirs d'hiver au sortir tardif du boulot, traverser avec mon vélo une ville désertée pour rentrer chez moi. Un paysage magnifique, blanc au lieu de gris.
Les pelles, chez nous on se les ramasse... ;-)

Quel plaisir ! Les parigots terrés chez eux vers 21 heures, et moi dessinant des zig-zag sur les avenues d'habitude complètement embouteillées.

12/16/2008 8:20 AM  
Blogger Gaétan Bouchard said...

Et dire que certains d'entre nous devaient avoir des ancêtres qui pouvaient faire cent miles à pieds dans la neige en traînant un mammouth derrière eux...

Le monde devient mou et moche.

Vive l'hiver!

12/16/2008 5:13 PM  
Blogger °} said...

oui, je pense que les français sont plus forts que les montrealais pour ce qui est de pleurnicher sur le temps...et pourtant comme dit Bab, on est bien loin du climat de chez vous.

12/16/2008 7:11 PM  
Blogger The Surveyor said...

Icitte a Montréal-Noir c'est pire que ça, les trotoirs en pentes dans la glace pas de sels, le déneigement qui attent après une semaine pour ce faire, mais je suis pas trop chialeux. Ont est au Québec cri.. comme l'écrivait Martineau dans le journal de Montréal (l'été y fait beau pis y pleut, l'automne les feuilles tombes, et l'hiver y neige). Ont vit au Québec, c'est tu clair ? En résumé je vous souhaitent a tous et a chacuns de vous un sincère et joyeux temps des fêtes, faut pas oublier ça quand même, aller a plu. www.chezreal.blogspot.com et j'apprécie vos commentaires.

12/16/2008 9:10 PM  
Blogger Sara said...

Moi c'est le punch qui m'a surpris! Ça décrit tellement bien la semaine, faut croire que c'est toujours la même chose le début de l'hiver.

De mon côté, j'ai passé la semaine à rigoler et à me dire que, vraiment, on est-tu ben pas d'char!

12/16/2008 10:39 PM  
Blogger REGOR said...

Mais c'est qu'il semble aimer ca le bougre !!
Eh gamin vas !!
J'aime bien aussi un petit dérapage de temps en temps mais... avec de l'espace.
Faire le funambule de rue non merci !!
J'hairais pas passer une nuit dans ton taxi dans ces conditions par contre !!!

12/16/2008 11:25 PM  
Anonymous Anonyme said...

À l'âge 5 ans,mon fils m'a dit par un beau matin en regardant par la fenetre,le poing fermé,appuyé sur sa petite hanche,sur un ton plus qu'à boutt' :" Moi là,Mom,je vais appeller la ville pis me plaindre ! Y'on encore passer la gratte pis nous on peut pus faire d'igloo!!!" 13 ans plus tard ,à chaque premiere tempete j'y repense et me bidonne encore!

12/17/2008 11:21 AM  
Anonymous Saturnino said...

ah¡¡ la nieve ¡

12/17/2008 3:53 PM  
Anonymous Saturnino said...

En Madrid hemos tenido poca nieve pero mucha en los alrededores con carreteras cortadas

12/17/2008 3:54 PM  
Blogger toutaubord said...

Dans ma région de France nous n'avons de la neige qu'une fois tous les 5 ans (et 2 cm). J'en veut plus !

12/17/2008 4:19 PM  
Blogger Narvik said...

Moi j'aimais l'hiver... avant! j'ai fait des milliers de kilos en raquettes jadis,je suis moin fichu de le refaire. Plus je vieilli moin j'aime la neige , le problème est que je trouve que l'hiver et le pont tunnel Lafontaine est un mélange explosif ,depuis 2 ans c'est l'enfer! Des heures de retards,du j'amais vue! Et que j'aimerais etres le gars de la charrue ,lui il doit avoir du fun!! Quand j'était en europ, l'hiver durait un mois ,eux ils l'ont l'affaire :) Un point positif! ... Mon pays ce n'est pas un pays c'est l'hiver , que c'est beau l'hiver dans les bois et a la campagne.

12/18/2008 3:29 PM  
Anonymous Anonyme said...

Mooi j'ai jamais compris pourquoi des debile leger comme vous les chauffeurs de taxi roulez en malade.

On vous paie a la mn au klm ca vous criss quoi de faire 50 courses faite en juste 10 ca va etre aupayant et moin stressant pour nous les pauvres passager que vous faite chiez dans notre banc arriere.

Etre chauffeur de taxi je me ferais un plaisir de me planter dans le traffic et voir le meter monter a faire du surplace.

Franchement je vous comprend pas.

12/19/2008 12:47 PM  
Blogger °} said...

peut etre qu'au bout d'un moment rouler comme une limace, c'est lassant. Et peut être aussi qu'il ya des gens avec qui tu as envie de passer le moins de temps possible...

12/19/2008 6:43 PM  
Anonymous le juticier du blog said...

Bon anonyme,uu autre ost... de BS de carrière qui n'a pas d'argent pour s'acheter un char, pis quand il saute dans le taxi le premier du mois ça le fait chier de payer avec l'argent du gouvernement..méchant moron

12/20/2008 12:36 AM  
Blogger Narvik said...

(Belle petite intervention a caractère offencive anonyme... Si tu tiens a gerber, c'est dans mon blog que tu doit faire ca)

12/20/2008 6:06 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home