25.3.09

Quelle crise?

Les faces en disent long. Les barbes pas faites, les traits tirés, les corps fatigués, les gars rentrent au garage après une autre nuit à travailler pour pas grand-chose. Avec un peu de chance, ils auront peut-être fait le salaire minimum, mais ce matin, j'en doute. Dans les rues de la ville passé minuit, il ne restait pratiquement que des taxis qui coursaient pour des clients inexistants. Les postes sont en surcharge, les appels se font attendre, c'est long longtemps, c'est frustrant, rageant, décourageant...

Y' a de la crise dans l'air. Depuis les fêtes, les gens ne sortent pas beaucoup, surtout les soirs de semaine. Faut accumuler les heures et mettre les bouchées doubles pour réussir à joindre les deux bouts. Le printemps a beau se préciser, je rêve presque qu'il nous tombe encore tout plein de neige pour qu'on puisse faire une petite passe avant que le beau temps s'installe pour de bon.

Mais je suis comme vous, j'en ai ma claque de l'hiver. De sentir ce soleil sur mon visage quand je commence mes longues soirées me réconcilie avec mon manque à gagner. Je reste heureux d'avoir un job que je n'arrive pas à détester malgré ce qu'elle inflige à mon corps. Je reste heureux d'avoir un job, point!

Je ne ferai pas de crise.

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

5 Comments:

Blogger L-P said...

ouin,
on s'est tous dit cette année que même si le boss nous demande de nettoyer la toilette, on va le faire sans faire de crise....

3/25/2009 7:29 AM  
Anonymous Anonyme said...

oui, je suis bien d'accord avec LP ! pour un petit bout de temps juste le fait d'avoir un job nous fait dire OUF ! si ça peut tenir ! Personne ou presque n'est à l'abri du désastre puisque toute l'économie est une chaîne et que chaque maillon tient l'autre...
zoz ( salut Léon ! )

3/25/2009 11:23 AM  
Blogger Jocelyn said...

Janvier et février ont bien passé mais depuis la semaine de relache du début mars, mes pneus de taxi s'usent beaucoup moins rapidement. On ne se décourage pas mon Léon, on va passer au travers.

3/25/2009 12:14 PM  
Blogger elle-c-dit said...

par ici, il fait beau et enfin chaud en journée.. je commençais à désespérer.. mon sud ne ressemble plus à ce qu'il était... il crise...
quand à moi je crise juste sur la tonne de boulot que j'ai à effectuer: travail de fin d'études, partiels à gogo, enfants, balai, courses, pas d'sous....
Mais mon futur métier ne sera jamais touché... la santé (infirmière) malheureusement tout heureusement, j'aurai toujours du boulot...
bien, à vous..

3/26/2009 11:55 AM  
Blogger Narvik said...

Tu as bien raison,je part de chez nous le matin 40 min plus tard qua l'habitude depuis 2 mois, parce qu'il n'y a plus d'embouteillage dans le pont tunnel.

3/27/2009 6:39 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home