7.4.10

Folie passagère

Je vois la femme sortir du bar et se faufiler entre les piétons et les voitures. Sachant qu'elle va lever le bras, je ralentis et stoppe le taxi à sa hauteur. Elle monte et sans me saluer, me dit de la conduire sur la Rive-Sud par le pont Champlain. Je lui demande si elle veut que je prenne l'autoroute Ville-Marie pour que ça aille plus vite, mais fermement, elle m'intime de prendre René-Lévesque. Je ne m'obstine pas, après tout c'est elle qui paye. Après quelques minutes de silence, je lui demande pour briser la glace si sa soirée a été bonne. Le ton frigorifique de son : « très bonne merci!» m'indique que ce ne sera pas nécessaire de pousser plus loin la conversation. Ça m'est égal, je monte le son de la musique et me dirige rapidement de l'autre côté du fleuve.

Après avoir franchi le pont, elle me dit de prendre la première sortie, je hoche la tête et roule jusqu'au prochain embranchement. Comme elle ne rajoute rien, je continue tout droit et ma passagère prend quelques instants avant de me dire qu'il aurait fallu prendre à droite. Elle s'excuse vaguement et m'indique de prendre le boulevard Rome pour aller reprendre Taschereau vers l'est. Encore là, je trouve que ça fait un sacré détour, mais ne dis toujours rien. C'est alors que ma cliente me lance :

— Mes amies me trouvent trop maigre.

— ...

À part quelques incitations routières, la femme n'a pas desserré les lèvres depuis le début de la course et la voilà subitement qui commence à me parler de sa vie privée.

— On va aller au Snack-Bar sur Taschereau, faut que je mange de la junk, je suis définitivement trop maigre.

— Euh pas de problème madame

— Et vous est-ce que vous me trouvez trop maigre? Je pèse 98 livres.

— ...

Je l'ai à peine vue lorsqu'elle est montée à bord et pour tout dire, je me fous pas mal de savoir si son poids est ou n'est pas proportionnel à sa taille.

— Vous ne dites rien? Vous aussi vous me trouvez trop maigre non?

Réfléchissant vite, je lui réponds qu'il ne faut pas trop se fier à ce que pensent les autres et que l'important, c'est d'être bien dans sa peau.

J'imagine que la femme réfléchit à ce que je viens de dire, car elle retombe muette quelques instants. En fait, elle pensait à:

— Vous prenez la carte de crédit, j'espère?

— Non madame, seulement du comptant.

— Pardon? Mais pourquoi vous ne me l'avez pas dit dès le départ! Dit-elle, outrée.

— Pourquoi vous ne me l'avez pas demandé lorsque vous êtes embarqué?

— Mais c'est à vous de me le dire! Réponds la femme en me criant après.

Après son histoire de poids, je me demande si elle est saoule ou folle et décide de ne pas rétorquer sur le même ton. Mais elle continue agressive :

— Vous saurez monsieur que je suis avocate de nature! De formation je veux dire! Et que là, je ne suis pas de bonne humeur!

Intérieurement, je rigole à la nature du lapsus de ma passagère et d'une manière calme et ferme je lui dis :

— Madame, je n'ai pas à subir votre agressivité. Je fais ma job du mieux que je peux et je n'ai pas à dire à chacun de mes passagers que je ne prends pas la carte de crédit. Y'a sûrement un guichet automatique pas loin où l'on peut s'arrêter? Non?

C'est en maugréant qu'elle me conduit vers un centre d'achat où elle retire quelques billets. J'ai tout le loisir d'observer la maigreur de la femme ce qui ne l'empêche pas d'être jolie, même fâchée. De retour dans le taxi, elle semble plus relaxe et a toujours en tête de traverser le boulevard pour aller se chercher quelques hot-dogs. Après quelques minutes d'attente, elle revient et sans préambule me dit que son chum l'a quitté il y a deux jours.

Je songe qu'avec son sale caractère ce n’est rien de bien surprenant. Je songe surtout que ça explique l'état d'esprit de la femme qui semble pas mal mêlée. Conciliant, je lui dis que c'est dommage et je continue de la faire parler jusqu'à ce qu'on arrive devant son adresse. Sur cette fin de parcours, entre ses sanglots et ses confidences, j'ai pu découvrir la vraie nature de cette femme blessée.

Je l'ai laissée avec son mal et ses hot-dogs en lui disant de ne pas trop s'en faire, qu'elle était jolie et qu'elle se trouverait quelqu'un avant longtemps.

Souriante, elle m'a payé. Contente.

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

12 Comments:

Blogger modotcom said...

oh la vie, t'sais, ça vous tire des sanglots parfois, comme ton billet si merveilleusement bien écrit comme d'habitude. P-L, t'es tellement patient, et conciliant. Un vrai baume ton taxi, et ta plume. merci!

4/07/2010 5:56 AM  
Blogger La Heartbreaker said...

Super jolie comme histoire :)

Comme quoi des fois les gens autour peuvent blesser sans probablement même le savoir! C'est un peu ironique à lire quand on sais que la majorité de la population se trouve trop grosse!

Je pense que tu as apporter un petit baume sur la soirée de cette femme :) T'as eu les bons mots qui n'ont pas paru trop "quétaine" a son oreille!

4/07/2010 7:32 AM  
Anonymous Anonyme said...

Si un jour la vie m'écorche, c'est dans ton taxi que je veux faire une "ride".
Merci pour ta compassion.

Dame V

4/07/2010 9:01 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour, je viens de lire ton livre et ce qui m'a le plus marqué est ton humanité, ta compassion ...ne change surtout pas :-) Le moins qu'on puisse dire c'est que tu en as vu de toutes les couleurs... chapeau !! Seras-tu au Salon du livre de Qc ?? Une chose est certaine, je me procurerai le tome II d'Un taxi la nuit...c'est un vrai bonheur de te lire et dorénavant, je suivrai aussi ton blog ;-) Continue ton beau travail !

Annie

4/07/2010 9:53 AM  
Anonymous Anonyme said...

Heu... Oui, ben c'est une fille, en un mot. Emotionnelle, de mauvaise foi quand elle a subi des contraintes, qui a besoin de sa ration de paroles rassurantes quotidiennes.
J'ai la même à la maison.
Je lui ai fait lire la note et elle s'est reconnue de la même espèce.

Jacques-Marie, de Paris.

4/07/2010 7:08 PM  
Blogger Daniel Rondeau said...

Malgré ces temps de vaches maigres, tu es toujours aussi bon, cher Pierre, même quand l'intrigue est mince! :P

4/07/2010 10:06 PM  
Blogger Valérie said...

J'aime ça. On est tous un peu fous quand on a mal.

4/08/2010 6:38 AM  
Blogger Jjay said...

Un autre bel exemple que peu importe où l'on fait du taxi, on a tous la même clientèle un jour ou l'autre.

4/08/2010 7:51 AM  
Blogger Jjay said...

Un autre bel exemple que peut importe où l'on fait du taxi, on a tous un jour ou l'autre la même clientèle.

Très beau texte, mon Piere-Léon

4/08/2010 7:52 AM  
Blogger Kevin Zaak said...

On termine cette lecture, un peu apaisé. Comme l'a dût être cette femme.

4/09/2010 9:51 PM  
Anonymous Nomade said...

Elle avait surtout besoin de compagnie. Ce qui est amusant en taxi, c'est que le client règle lui-même, détour aidant, la durée de la conversation (j'allais dire de la consultation). ça fait partie du boulot, du moins je le considère.

4/18/2010 6:59 AM  
Anonymous Anonyme said...

Monsieur, je trouve tellement beau ce que vous écrivez.

Je viens fureter sur votre site de temps à autres.

Et je me rend compte que toutes les confidences que j'ai pu faire autrefois à mes chauffeurs de taxi, ne doivent pas être tombées dans l'oreille d'un sourd!

Vous m'inspirez Monsieur et vous me donnez le goût de croire encore en la beauté et la bonté de l'être humain.

Merci.

5/21/2010 7:14 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home