25.1.12

Souvenirs glacés

Une semaine vient de s’écouler depuis cette nuit de grand vent. Avec la pluie tombée en soirée, ça m’a rappelé la fameuse crise de verglas de janvier 1998. Roulant entre les détritus de recyclage emportés par les rafales, les déchets et les déchus sapins d’un Noël révolu, je me suis remémoré des souvenirs de route dans un Montréal plongé dans le noir, plongé sous la glace.

L’avant veille, je m’étais pris dans un banc de neige et en tentant d’en dégager le taxi, j’avais complètement détruit les deux pneus avant du véhicule. J’avais alors blâmé le propriétaire en lui disant que j’avais perdu ma nuit, qu’il m’avait loué un taxi mal chaussé! Le lendemain, j’étais parti avec des pneus d’hiver flambants neufs. J’étais loin de me douter, à quel point ils me seraient utiles dans les jours qui suivraient.

Je me souviens peu de la pluie. Il en était pourtant tombé des torrents. Les passagers pestant contre le temps ont dû se succéder une bonne partie de la nuit. De ce que je me souviens par contre, c’est de la transformation des arbres en immenses glaçons. Quand le jour s’est levé, la ville brillait comme un diamant. C’était magique.

Ensuite tout se bouscule. Les branches d’arbres qui tombent, les transformateurs qui explosent irisant le ciel de lueurs surréalistes, les pannes, le chaos. Et moi qui me tape des journées de 18 heures dans des rues de moins en moins praticables.
Je me souviens d’un centre-ville plongé dans le noir total, je me souviens du gros Q de l’Hydro resté honteusement allumé trop longtemps. Je me souviens des hallucinantes ornières dans les petites rues et du nombre incalculable de fois que je suis sorti du taxi pour aller en pousser un et puis un autre. Je me souviens de l’intervention de l’armée et des trop nombreux arbres tombés au combat. Je me souviens des plaques de glace se détachant des immeubles pour venir se fracasser dans les rues. Je me souviens des files d’attente dans les stations-services qui n’étaient pas en panne ou en rupture de stock.

Il y a plein d’images qui me reviennent en tête, y’a aussi plein de trucs que j’ai oublié, mais je me souviens surtout de l’entraide entre les gens dans l’adversité. C’est rassurant de constater que dans cette ville, l’humanité ressort quand vient le temps.

En espérant que le temps ne s’emballe quand même pas trop...

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

6 Comments:

Blogger modotcom said...

"Quand le jour s’est levé, la ville brillait comme un diamant. C’était magique." tellement. nous avions pris une marche au carré st-louis le soir du matin, un mardi soir, alors que nous savions déjà beaucoup de choses paralysées, des voitures que nous n'arrivions pas à déglacer. une moitié de st-denis dans le noir, l'autre à peine. seulement après saurions-nous que d'uns manquaient de ci et que d'autres manquaient de ça. habitant proche d'un métro, nous n'avons jamais manqué d'électricité, c'était une drôle de réalité que cette tévé criarde nous informant de nos voisins si proches, dans la misère. caillé et son col roulé, je l'ai-tu aimé à ce moment. nous avons hébergé, je rentrais travailler, centre-ville, j'étais peu nombreuse, les uns occupés à alimenter le foyer, à préparer des popottes, et les autres... les autres? les gens se souviennent de la solidarité, des abus chez les commerçants (les épiceries autant que les vendeurs - revendeurs de génératrices). mais peu de gens se souviennent de cette beauté magnifique des forêts de glaçons... merci pour ces souvenirs. ils sont aussi chauds que glacés.

1/25/2012 6:22 AM  
Blogger Laluna said...

Moi ce sont les sons qui me reviennent en tête. Le son de la glace qui tombe sur le toit, le son cristallin de la glace lorsque je marchais dans le vieux Longueuil transformé en un grand miroir...
Oui, nous avons manqué d'électricité avec deux bébé à la maison, mais je ne me rappelle pas des désagrément. Juste du temps qui passe doucement au gré de la lumière du jour et de la nuit qui tombe et aux chandelles qui éclairent notre jeux de scrabble...
Merci de nous rappeler qu'on n'est pas si pires que ça... quand vient le temps d'être bons! ;)

1/25/2012 8:33 AM  
Anonymous m'éca said...

La solidarité revinet dans l'adversité... Pourvue que l'on ne soit pas obligés d'attendre l'adversité pour un peu d'humanité.
(out simplement)

1/25/2012 9:34 AM  
Anonymous étoile said...

Je n'ai pas vécu cette période de verglas. Mais tout ce que je voyais à la télé me renversait. Il y a eut une grande solidarité par contre.Mais certaines gens ont abusé aussi en vendant des articles plus chers.On voit dans ces circonstances tout ce que l'homme a de bons et de moins bon en lui.Bonne journée.

1/26/2012 2:07 PM  
Anonymous sans des seins said...

quand le temps est morose a tel point que l ont doive sortir de lointain souvenir a nos lecteurs, n'Est t-il pas temps de tirer la plogue?

1/28/2012 4:52 AM  
Blogger Edgar Jean said...

Je me rappelle avoir manqué deux semaines d'école lors de cet épisode exceptionnel. C'est vrai que c'est beau du verglas en tant que tel.

1/28/2012 6:31 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home