2.5.07

Poste à combler

« L'abonné que vous tentez de joindre n'est pas disponible pour le moment. Veuillez rappeler plus tard.»

Ça fait des semaines que j'entends ce message presque quotidiennement. Ça fait des semaines que je me demande où est passé mon vieux collègue Normand.
J'ai fait le tour des restaurants où il mange et drague les serveuses, les tavernes où il s'accroche les pieds, j’ai demandé aux chauffeurs susceptibles de savoir où il se trouve, mais rien, pas de nouvelle au poste.

Même si je n'ai pas de réelles affinités avec cet homme qui pourrait être mon père, il me manque. C'est un des rares chauffeurs que je connais qui ne passe pas son temps à chialer contre tout et chacun. Malgré les heures creuses sans passager, il garde toujours sa bonne humeur et reste philosophe sur le temps qui passe, sur celui qui fait, sur celui qu'on perd et sur celui qui nous reste.

C'est ça la vie. On s'attache à des gens dont on sait peu de choses. Jamais je ne lui ai demandé son nom de famille, je ne connais pas sa nouvelle adresse, j'ignore à qui il louait son taxi, en fait, mes ressources pour le retrouver sont plutôt limitées.

A-t-il décidé de prendre une retraite méritée? A-t-il fumé une cigarette de trop? Est-il parti pour Sept-Îles? Ou roucoule-t-il dans les bras d'une belle serveuse? Qui sait?

Peut-être qu'un jour, j'aurai la réponse. Peut-être que non. Peut-être qu'il reviendra s'installer au poste et qu'on reprendra nos conversations à clients rompus. Peut-être que non. Nous ne sommes que des êtres de passage. Des âmes en transit. Pas de grand mystère là-dedans, mais le fait de s'arrêter pour y penser de temps à autre, fait de nous des êtres un peu plus humains? Peut-être que non...

Pour l'instant, il me manque. J'aurais vraiment envie de m'accrocher les pieds dans une de ces tavernes pour qu'on se tapoche une couple de petites frettes. On se raconterait nos bons et nos mauvais coups en philosophant sur le temps et les gens qui passent.

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

links to this post

18 Comments:

Anonymous bill cosby said...

Tu peux toujours essayer les retrouvailles de Claire Lamarche :)))))))))

5/02/2007 2:40 AM  
Blogger Amourable said...

Sûrement reparti faire une course à Sept-Iles:)

5/02/2007 6:58 AM  
Anonymous nina de zio peppino said...

Sûrement se demande t'il la même chose. Sûrement parti loin de tout, histoire de se faire oublier.

5/02/2007 7:54 AM  
Blogger Benoît Gagnon said...

Quand nous pensons à quelqu'un, il n'y a rien de pire que la sensation de manque.

5/02/2007 9:21 AM  
Blogger crocomickey said...

Quand on a des pensées de cet ordre sur un être humain, c'est qu'il a vraiment fait partie des moments délicieux de notre vie. Pas les plus importants certes, mais ceux qui nous chatouillent le coeur à perpète...

5/02/2007 9:29 AM  
Anonymous Anonyme said...

Certaines personnes entrent dans notre vie et ne font que passer. D'autres s'y attardent et laissent des empreintes qui nous transforme à jamais!

5/02/2007 9:45 AM  
Anonymous Benny Martini said...

J'espère que vous le retrouverez, restez dans ce manque n'est pas souhaitable ! Bonne chance !

5/02/2007 9:55 AM  
Blogger Mèreplexe said...

Les gens philosophes et d'agréable humeur... il en pleut pas... on en a besoin dans notre vie.

J'espère que Normand vit une belle aventure qu'il vous racontera en détail en prennant un verre très bientôt.

5/02/2007 10:05 AM  
Anonymous bigdan said...

Mes hommages et mes sympathies dans ce mini-deuil pierre-léon.

@ Bill cosby
pas ta meilleur celle la. Bill si tu n'a rien a écrire, tu peux t'abstenir tu sais?

5/02/2007 11:13 AM  
Blogger Marchello said...

@Big Dan, je la trouve bonne et pertinente la blague de Bill Cosby. On est sur un blog, le propos est tendre poétique mais faut pas se conter des peurs, c'est pas un psycho-drame.

5/02/2007 11:58 AM  
Blogger Mégane said...

les gens simples avec lesquels on peut échanger sans que l'un doive plus à l'autre sont rares mais aiment plus que tout leur liberté, s'envoler sans crier gare, changer de numéro pour ne pas avoir la moindre attache, au détriment de ceux qui les ont pris en amitié... et je sais malheureusement de quoi je parle :(

5/02/2007 4:00 PM  
Blogger L-P said...

J'te souhaite de le retrouver!

En passant, ton livre, avec beaucoup de margaritas à Playa Del Carmen, ce fut un pur PLAISIR!!!!

5/02/2007 6:41 PM  
Blogger Insomniaque said...

Beaucoup de gens entrent et sortent de notre vie. C'est triste de perdre la trace de quelqu'un qu'on appréciait

5/03/2007 11:24 AM  
Anonymous Steph said...

Ça fait drôle, parceque que j'ai acheté ton livre et je lisais le billet consacré à Normand, et je me disais que j'aurais quelque chose à lui demander. Quel drôle de hasard..

5/03/2007 10:44 PM  
Blogger Lyne-la-lune said...

Normand est sûrement juste entrain de prendre le temps de savourer la vie à sa façon. Où, le saura-t-on ? Est-ce important ? Non, en autant que ça sent le bonheur.

5/04/2007 9:56 AM  
Anonymous Patrick Gauthier said...

Une belle lettre ouverte. Tout en douceur et au rythme de la nuit. Je me suis étrangement retrouvé dans l'ambiance du film "Collateral". Peut-être le recroiseras-tu un jour, ce vieux loups solitaire...

5/07/2007 8:10 AM  
Blogger julie70 said...

c'est précieux, quelqu'un contant de la vie!

5/10/2007 9:02 AM  
Anonymous JF said...

Anonyme: belle citation (de livre)...Hasards Nécessaires...par J-F Vézina..

5/21/2007 3:02 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home